Mission de revue FMI- Mali : ‘’L’économie du Mali continue de croître à un rythme soutenu’’

Une mission du Fonds Monétaire International, (FMI) dirigée par Lisandro Abergo, a eu des discussions avec les autorités maliennes du 14 au 23 septembre 2016 à Washington DC et du 27 au 29 septembre 2016 à Bamako au titre de la sixième revue du programme économique et financier du gouvernement. A la fin de cette mission, le gouvernement du Mali à travers le ministre de l’économie et des finances, Boubou Cissé et la délégation du FMI ont aminé une conférence de presse conjointe pour informer l’opinion nationale sur les résultats de cette mission. C’était le mercredi 28 septembre 2016 dans la salle des conférences du ministère des finances.fmi-mali-01
Selon les observations effectuées par cette mission du FMI, « l’économie du Mali continue de croître à un rythme soutenu avec une prévision de croissance du PIB de 5,4 % au titre de l’année 2016 ». L’activité économique est tirée aussi bien par les dépenses publiques d’investissement que par la politique accommodante de la Banque centrale (BCEAO). L’inflation est en baisse et pourrait diminuer à 0.5% à fin décembre. En 2017, il est prévu que la croissance du PIB reste forte à 5,3%, pendant que l’inflation devrait rester contenue à 1%. Cette perspective est toutefois sujette à des risques, notamment liés à la situation sécuritaire fragile du Mali », peut-on lire dans le communiqué de la mission.
A en croire la délégation du FMI et le ministre de l’économie et des finances Boubou Cissé, tous les critères quantitatifs pour le mois de juin 2016 ont été respectées. Et des avancées sont enregistrées dans la mise en œuvre des réformes structurelles dans la plupart des domaines. Aussi, la loi de finance rectificative 2016 prévoit un assouplissement temporaire de la politique budgétaire pour tenir compte des dépenses publiques d’investissement, sécuritaires et celles liées à la mise en œuvre de l’accord de paix. Même si les dépenses d’investissement ont augmenté, affirme le communiqué, le déficit budgétaire au premier semestre a été en deçà de l’objectif. Tandis que des progrès sont constatés dans les reformes de l’administration fiscale et la gestion des finances publiques, la mise en œuvre des reformes en matière de bonne gouvernance se fait à un rythme plus lent que prévu, surtout en ce qui concerne la législation sur la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite.
La mission salue le projet de loi de finances 2017 qui cible une mobilisation accrue des recettes fiscales et un déficit budgétaire global d’environ 4% du PIB.
Globalement, c’est sur cette base que la mission des services du FMI et les autorités sont parvenues à un accord préliminaire sur les principaux éléments du programme économique de 2017 et la conclusion de la sixième revue du programme FEC. Le conseil d’administration de FMI devrait examiner cette revue en décembre 2016.
D. Togola& C. Tounkara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *