Mme Barry Aminata, chargée de mission au près de la direction générale de la BIM Groupe Attijariwafa Bank : « Les PME représentent plus de 40% de notre chiffre d’affaires »

A la 7ème édition des journées des Banques et Etablissements financiers tenue du 17 au 18 mars dernier au village artisanal de Ségou, la Banque Internationale pour le Mali (BIM Groupe Attijariwafa Bank) était représentée par Mme Barry Aminata, chargée de mission auprès de la direction générale. Ex-chef d’agence, Mme Barry Aminata jouit d’une bonne réputation. Compétente, intègre, rigoureuse, elle est à cheval sur les principes de transparence. Dans cet entretien qu’elle a bien voulu nous accorder, la dynamique chargée de mission donne ses impressions sur la rencontre de Ségou, la place de la banque dans le financement des Petites et moyennes entreprises (PME) et quelques chantiers en cours.

Le Challenger : Nous voici au terme de la rencontre de Ségou, quelles sont vos impressions ?

Mme Barry Aminata : Je suis très satisfaite de la rencontre. C’est la deuxième fois que j’assiste à cette rencontre. J’ai vu qu’il y a des évolutions. Le thème a été bien développé.  Dans le cadre du partenariat Banque-Presse, j’espérais autre chose. Comme le ministre de l’économie et des finances, Dr Boubou Cissé, l’a dit dans son discours, le taux de bancarisation est très faible. Je pense que ce partenariat est l’occasion de booster le taux de bancarisation par l’information donnée par la presse. Nous, les banquiers, pouvons utiliser des termes techniques mais la presse utilise des termes accessibles aux populations. Si ce taux de bancarisation est boosté, c’est le développement économique qui s’en suit.

Le thème développé était relatif au financement des petites et moyennes entreprises (PME). La Banque Internationale pour le Mali (BIM) intervient beaucoup sur ce terrain. Quel est le niveau d’intervention de la BIM dans le financement des PME au Mali ?

Pour votre information, la BIM n’avait pas de direction des PME auparavant. Il y avait seulement une direction de l’exploitation. Il y a eu une segmentation au niveau de la direction conformément à la stratégie du groupe Attijariwafa Bank. La BIM est parvenue à faire des segmentations et aujourd’hui, je dirais que les PME occupent une grande place. Nous avons même une direction PME bien qu’elle soit au sein du Pool clientèle. Nous avons aussi une direction des grandes entreprises. La BIM a fait la segmentation des Maliens de l’extérieur et des particuliers. A noter que les PME occupent aujourd’hui une très grande place avec plus de 40% de notre chiffre d’affaires.

Peut-on connaître dans l’immédiat les plus grands chantiers de la BIM ?

Vous savez, nous avons des projets, des grands projets. Pas seulement dans le cadre des PME mais au niveau de l’immobilier. Je pense que vous avez vu tout récemment une émission à la télé sur les Touganranké (les maliens de l’extérieur). La BIM est la première banque des maliens de l’extérieur et la première banque commerciale du Mali avec le groupe Bao.

La stratégie de la banque est de faire à l’avenir un toit pour un Touganranké. C’est le projet que nous avons mis en place et qui nous a amenés à faire des tournées en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique. C’est un des grands projets que nous avons actuellement au sein de la banque.

Propos recueillis par Chiaka Doumbia

 

Un aperçu sur la place des PME à la BIM-SA

La Banque Internationale pour le Mali (BIM Groupe Attijariwafa bank) est la banque des Petites Moyennes Entreprises (PME) avec un dispositif organisationnel et des collaborateurs dédiés uniquement au financement de ce segment stratégique de l’économie. Banque citoyenne, la BIM, filiale du Groupe Attijariwafa s’est engagée à financer les PME. Il s’agit pour les responsables de la BIM-SA de permettre à la population de réaliser ses projets et de contribuer à la création d’emplois. Quelques chiffres illustrent la stratégie de la BIM à assurer un meilleur financement des PME. En 2015, le volume de crédits octroyés au financement de ce segment stratégique a progressé de 97%. Cette année, les dirigeants de la banque envisagent de signer avec le Fonds de Garantie du Secteur Privé un protocole d’accord pour le financement des PME.

C.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *