Mme Kéïta Fatoumata Sangho : Une jeune femme leader, visionnaire et engagée

Ambassadrice de la jeunesse africaine, la Présidente de l’Association pour le Développement de l’Afrique (ADA), Fatoumata Sangho Kéïta, est une jeune leader visionnaire et engagée. Aujourd’hui, son engagement et son leadership dépassent largement les frontières nationales. Portrait d’une amazone au parcours riche et exceptionnel qui a inscrit son nom dans l’agenda des défenseurs des causes nobles.  

Teint légèrement clair, de taille moyenne, Mme Fatoumata Sangho Kéïta arbore un air calme avec un léger sourire quasi permanent au coin des lèvres. Derrière cette apparence, se cache une grosse tête bien pensante.

Au deuxième étage du siège de la Banque de Développement du Mali (BDM-Sa), elle occupe un modeste bureau avec une table pleine de dossiers soigneusement rangés. On peut y apercevoir une photo du Président OBAMA et des distinctions de la Jeune Chambre Internationale (JCI). Très éloquente, elle parle avec une certaine aisance dévoilant son enthousiasme et son dynamisme.

Une jeune brillante à l’école

Native de Bamako, elle pose ses valises à l’Ecole de commerce Leonard de Vincy à Paris Défense, le quartier des affaires, après un bac en économie. L’ex-élève du Lycée technique de Bamako qui a dû poursuivre ses études secondaires en France à cause des soubresauts politico-scolaires, étudie le Management, commerce, communication et markéting. De Paris, la jeune étudiante, toujours première de sa classe, s’envole à la suite d’une sélection pour le Canada où elle se spécialise à Harleton Univercity d’Ottawa en communication marketing. Au bout d’un an, elle retourne à Paris pour décrocher avec brio un MBA. A la différence de certains jeunes de son âge qui préfèrent monnayer leur expertise dans l’Hexagone, elle  fait le choix de retourner au Mali, sa patrie tant aimée. « Mon objectif était de me former. J’ai atteint cet objectif, je suis rentrée immédiatement », nous a-t-elle confié.

En 2009, elle intègre l’équipe de la Banque de Développement du Mali où elle évolue rapidement pour devenir en 2013 la Directrice de la communication et du marketing. A la tête de cette direction, elle fait parler son talent et son génie à travers des initiatives novatrices qui ont rehaussé de plus d’un cran l’image de la banque. Depuis quelques semaines, elle est la directrice adjointe en charge du service international de la BDM-Sa.

Porte-voix des enfants et des jeunes du monde

Sur le plan associatif, son brillant parcours est enrichi par plusieurs années de militantisme. Première présidente du Parlement des Enfants du Mali, la jeune lycéenne qu’elle était à l’époque, sillonne le monde pour faire le plaidoyer en faveur des droits de l’enfant et de l’émergence de l’enfance. En 1998, elle a eu l’honneur de parler au siège des Nations-Unies au nom des enfants du monde lors du sommet « Youth Peace Summit ». A cette tribune, elle a prononcé un discours émouvant et interpellateur en faveur de la paix. Concomitamment à ses charges de présidente du Parlement des enfants, elle s’engagea de manière active au sein de l’association ‘’Opération SOS Zoo’’ de l’actuelle Première dame. Désireuse de soutenir les populations les plus défavorisées et surtout les causes nobles, Mme Kéïta est à l’origine de plusieurs associations dont la plus célèbre et la plus dynamique est l’Association pour le Développement de l’Afrique (ADA). Cette association lance ses activités à travers un programme de lutte contre la maladie du Noma au Mali et participe au périple humanitaire aérien ‘’Air solidarité’’ dans dix pays. Elle s’engage en 2007 au sein de la Jeune Chambre Internationale (JCI). Mme Kéïta Fatoumata dirige en 2009 la direction de la communication, du marketing et des relations publiques de la Jeune chambre internationale Mali. Elle est élue en 2011 Présidente de la JCI Bamako Ciwara. La même année, elle est la seule représentante francophone à participer à la rencontre annuelle Sprinp Meetings du FMA et de la Banque Mondiale du groupe Leaders of Tomorrow. En 2016, elle est la marraine du mandat de la JCI Universitaire de Kati.

Le rendez-vous avec le Président Obama

En août 2010, elle participe au forum du Président Barack Obama avec les jeunes leaders africains. A cette occasion, elle a eu le privilège de poser la première question au Président des USA. « C’est un beau souvenir », dit-elle en commentant la photo qui immortalise ce moment historique. En août 2015, elle est invitée par le département d’état américain pour participer au Global Entrepreneurship Summit (Sommet mondial de l’Entreprenariat) au Kenya présidé par le Président OBAMA.

Grâce à l’engagement de sa présidente et surtout la justesse et la pertinence de son combat, l’ADA, un partenaire clé du gouvernement américain à travers son ambassade au Mali, est devenu une référence en matière de promotion et de formation des jeunes en leadership. L’organisation du camp de jeunes leaders est l’une des illustrations du dynamisme d’ADA et de sa présidente. Véritable forge pour modeler les leaders de demain, ce camp permet aux jeunes venus de toutes les régions du Mali de se familiariser avec les valeurs d’engagement citoyen, de citoyenneté active, le cadre de mise en œuvre de cette citoyenneté pour le bien-être de la communauté, etc.

Interrogé sur l’origine de son engagement, elle répond dans un large sourire : « C’est le hasard de la vie… C’est une expérience qui m’a servie à tous les niveaux…. », ajoute-t-elle.

L’appel à la jeunesse africaine, malienne

Ambassadrice de la jeunesse africaine, Fatoumata Sangho Kéïta est très sollicitée pour se prononcer sur les questions de jeunesse. « C’est une jeunesse de plus en plus consciente. Une jeunesse qui a de plus en plus de revendications. Une jeunesse qui prend de plus en plus sa place et joue son rôle dans la société. Il faut que cette jeunesse soit engagée, active et non bénéficiaire et passive », martèle Mme Kéïta. Visionnaire et engagée, elle est convaincue que la jeunesse doit prendre son destin en main. « Le présent et l’avenir, c’est la jeunesse », lance-t-elle. En paraphrasant le Président Kennedy, elle dira qu’il faut que cette jeunesse se demande ce qu’elle peut faire pour son pays et non ce que son pays peut faire pour elle.

Selon elle, la situation de la malienne s’est améliorée. « Il y a une évolution mais on est loin d’atteindre ce qui est attendu dans le cadre de l’amélioration des conditions des femmes. Je salue l’engagement et le combat de nos grand-mères et de nos mères », déclare-t-elle. La Présidente de l’ADA qui se réjouit du choix du thème de ce 8 mars 2017, ne trouve pas que l’égalité des sexes signifie une opposition entre la femme et l’homme mais une façon d’accorder à chacun les mêmes chances. Elle estime que les responsabilités sociales et ménagères handicapent sérieusement l’émergence de la femme. Il n’y a pas une émergence de la femme sans une certaine tolérance et acceptation de la société. « Que la société puisse soutenir l’évolution de la femme, cela passe par une justice sociale, une levée des pesanteurs sociales et culturelles et une juste répartition des charges », juge Mme Fatoumata Sangho Kéïta.

« Ce que je fais est utile »

Apolitique, elle n’a pas jugé nécessaire de militer au sein d’un parti pour le moment. « Ce que je fais est utile », justifie-t-elle. Guidée par un souci permanent de tolérance et une obligation d’avoir des relations courtoises et cordiales avec ses semblables, elle reste très ferme dans ses convictions. Cette rigueur morale et professionnelle est sans doute l’un des traits caractéristiques de sa personnalité.

Femme de conviction pleine d’initiative, compétente et intègre, elle œuvre inlassablement pour la défense des plus démunis en faisant preuve d’une très grande générosité. Musulmane pratiquante, elle jeûne tous les lundis. Epouse et mère de famille, elle arrive à bien concilier ses multiples vies. « C’est la culture de l’excellence. Je mets la barre très haut. J’aime prendre soin de moi-même », justifie-t-elle sans oublier de souligner une certaine tolérance de son environnement.

Un exemple pour la jeunesse, un espoir pour le Mali, l’Afrique…..

Mme Keïta donne l’image d’une femme malienne, voire africaine, authentique et attachée aux valeurs sociétales et culturelles. « C’est une question d’éducation familiale. J’ai toujours été ancrée dans la société africaine en général et malienne en particulier. J’ai toujours tenu à ma culture. Je tiens à rester moi-même. Je cultive les valeurs de modestie et de simplicité pour être en conformité avec la situation de mon continent, de mon pays et surtout des populations les plus défavorisées », répond Mme Kéïta.

« Fatoumata Sangho est un exemple en Afrique », a déclaré le 2 décembre 2016 à l’hôtel Radisson lors de la cérémonie de clôture du camp de Leadership Jeune de l’ADA, Linda Thomas Greenfield, à l’époque, sous-secrétaire d’Etat américain.

A analyser son parcours, on peut affirmer que Fatoumata Sangho est une étoile qui monte discrètement mais sûrement avec des armes infaillibles à savoir la sérénité, la modestie et l’humilité. Sans aucun doute, elle incarne une nouvelle génération de leaders sur lesquels le Mali peut compter.

 Chiaka Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *