Mois de la solidarité : Sotelma-Malitel fait des dons aux femmes fistuleuses du Point G

L’opérateur historique de téléphonie mobile, Sotelma-Malitel, n’a pas dérogé à sa tradition de venir en aide aux populations démunies. Son Comité des femmes actives et à la retraite, avec l’appui de la Direction générale a offert, le 25 octobre dernier, des produits domestiques et des vêtements aux femmes fistuleuses prises en charge au CHU de l’Hôpital Point G. La cérémonie s’est déroulée dans la salle polyvalente du Centre d’accueil sous la présidence du Directeur général de l’Etablissement sanitaire.malitel-01
Etaient également présents, le Directeur Général Adjoint, le Chef du Service social et le Chef du Service Urologie du CHU de Point G. Certains membres du Comité des femmes et les représentants de la Direction de Malitel ont également honoré de leur présence, cette cérémonie.
Les femmes fistuleuses étaient massivement sorties. Les dons étaient composés de 300 pagnes COMATEX, 50 cartons de savon, 50 bouteilles d’eau de Javel et des tee-shirts et pagnes au logo SOTELMA.
Le DGA de l’hôpital du Point G a adressé des mots de bienvenue à l’assistance. De même, le Chef du Service social a vivement remercié les donateurs, tout en indiquant que c’est la troisième édition de leur honorable geste de solidarité.
Mme Touré Fadimata Traoré a indiqué que les dons à l’attention des femmes fistuleuses sont la preuve que « Monsieur le Directeur général de la Sotelma-Malitel se préoccupe des maliens en s’occupant de la femme et la jeune fille ». Afin d’éviter qu’elles soient atteintes de la fistule obstétricale et stigmatisées, elle a plaidé contre le mariage précoce des jeunes filles. La Présidente des femmes actives et à la retraite de la Sotelma-Malitel a rassuré que leur aide ira au-delà du mois de la Solidarité. Ce, « pour une assistance en adéquation avec la politique sociale » de l’entreprise.
Profitant de la cérémonie, Prof Tembély, Chef du Service Urologie de Point G, a rappelé que la pathologie survient lorsqu’une femme est victime d’une non-assistance médicale lors de l’accouchement mais il a rassuré qu’elle n’est pas contagieuse. A en croire Prof Tembély, la pathologie est bénigne et peut guérir à 100% si la patiente est vite prise en charge. Elle peut continuer la procréation et mener à nouveau une vie normale. Selon le Professeur, en Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Centre, le CHU Point G est pionnier dans la prise en charge des femmes victimes de la fistule vésico-obstétricale. Il a informé que son service les alphabétise et leur apprend la couture.
La représentante des femmes victimes de la fistule, Awa Koné, apparemment très satisfaite des soins et de la prise en charge apportés par le personnel traitant, a au nom de ses camarades, vivement remercié la Société Malitel. Elle lui a demandé de multiplier une telle assistance.
Gaoussou M. Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *