Mouvement «Mali en marche» : un club d’arrivistes et d’opportunistes

Au lendemain de son élection à la présidence de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta avait laissé entendre au peuple malien et aux partis politiques qui l’ont soutenu qu’«il n’y aura pas de partage de gâteau». Mais les faits prouvent le contraire aujourd’hui, car le président est en train de «partager maintenant des pastèques» avec la nomination de certains candidats qui l’ont soutenu au second tour et la promotion de la «famillecratie» et de la «mangecratie».
Mouvement Mali en marche
Ayant compris cela, certains arrivistes se sont lancés dans la création d’associations diverses. Souvent fantoches et ridicules.
Arrivistes et opportunistes, les mots sont bien choisis ; ou si vous voulez, ouvriers de la 25ème heure. Ils n’attendent que la direction du vent, en ce qui concerne le pouvoir en place, pour se positionner ou se repositionner. Ils pullulent dans notre pays. Parmi eux, nous pouvons citer Mahamane Mariko du Cadre de réflexion et d’actions des jeunes (Craj), Mamadou Lazare Traoré de l’association Serment et Ousmane Mahamane Touré de la Nouvelle jeunesse africaine (Nja). Le dernier né est le mouvement «Mali en marche».
En effet, après avoir tenté et obtenu une part du «gâteau de Koulouba», excepté le mouvement «Mali en marche», ils se sont regroupés dans un club, pardon, dans une plate-forme qu’ils dénomment : «Parlement pour la victoire». Évoquant les raisons de sa création, ils nous parlent du «26 mars comme date-repère pour la jeunesse malienne, tant elle a suscité l’espoir et l’espérance pour le peuple malien par l’instauration de la démocratie dans notre pays. Mais très vite, cette démocratie s’est transformée en désillusion, à cause des contrastes liés aux comportements de la plupart des acteurs politiques et de la société civile. La corruption gangrène notre pays devenant du coup le facteur majeur de l’instabilité de notre système de gouvernance. La faiblesse de nos institutions passe par la substitution de la famille des chefs de certaines institutions et courtisans de l’Etat».
Dans leurs élucubrations, ils se posent cette question :Pourrons-nous construire une démocratie forte quand les ressources de l’Etat sont considérées comme un gâteau à partager entre amis politiques ? Gâteau à partager. Bien dit. Oublient-ils que c’est pour calmer leurs ardeurs, notamment de certains d’eux alors leaders de l’Aeem, qu’on leur a donné des miettes du gâteau ? Ne soyons pas dupes et n’ayons pas la mémoire courte !
Après le coup d’Etat débile du capitaine Amadou Haya Sanogo et de ses acolytes, qui a contraint le général ATT en exil à Dakar, au Sénégal, Mahamane Mariko du Cadre de réflexion et d’actions des jeunes (Craj), Mamadou Lazare Traoré de l’association Serment et Ousmane Mahamane Touré de la Nouvelle jeunesse africaine (Nja) croyaient dur comme fer que leur heure avait sonné pour goûter aux délices de Koulouba. Alors, ils décident de soutenir bec et ongles la junte militaire. Très vite, ils sont désillusionnés avec l’intervention de la communauté internationale pour mettre fin aux velléités du capitaine Sanogo, en détention.
Il s’en est alors suivi la désignation de Dioncounda Traoré comme président de la République du Mali par intérim.
Que faire alors ? Il faut empêcher Dioncounda Traoré d’exercer son pouvoir durant cette transition. Ils organisent un meeting qui se transforme en marche dont le point de chute était Koulouba avec comme finalité, le tabassage du président Dioncounda dans son bureau. Auparavant, en connivence et en intelligence avec la junte militaire, ils avaient tout fait pour contraindre le Premier ministre d’alors, Cheick Modibo Diarra, à la démission.
Puis, vint IBK à la Magistrature suprême après presqu’un plébiscite du peuple malien (plus de 77% de suffrages exprimés). Il faut alors changer de tactique, de veste, pour se faire distinguer et être dans les bonnes grâces du nouvel homme fort du pays.
D’ailleurs, c’est dans cette mouvance que Mamadou Lazare Traoré de l’association Serment aurait eu une place dans la Cellule de communication du président IBK lors de la présidentielle de 2013. Qui dit mieux !
Comme on le voit, ce sont ces gens-là qui se sont regroupés au sein d’une plate-forme dénommée «Parlement pour la victoire» et parlent «de la désinformation, de l’immobilisme, du manque d’organisation et de cohésion des associations et organisations pour faire face aux attentes des idéaux du 26 mars 1991». De quels idéaux parlent-ils, quand on sait qu’ils empêchaient le retour à la normale des institutions de la République et quand leurs militants tabassaient le président de la République par intérim ? Quelle crédibilité veulent-ils qu’on leur accorde ? À méditer profondément !
Quid du mouvement «Mali en marche»
Profitant de l’opération de déguerpissement des voies publiques de la Gouverneure Sacko Ami Kane, qui suscite d’ailleurs, la colère des populations bamakoises et qui fait des victimes, d’autres opportunistes viennent de rentrer dans la danse. Ingénieuse idée trouvée : créer un mouvement moribond pour trouver à manger, puisqu’ils ont faim.
Oui, dans ce pays, tout le monde a faim. Alors, ils inventent «Mali en marche» pour, disent-ils, soutenir Ami Kane pour qu’elle chasse, comme des malpropres, des jeunes chômeurs installés aux abords des voies publiques avec leurs étales pour chercher, comme ces arrivistes, à manger.
Et leur patron – pardon – leur porte-parole a pour nom, Youssouf Guindo. Que c’est ridicule d’attendre des occasions pour se lancer elles, comme des vautours sur des cadavres !
Source : Le Dénonciateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *