Nuit du trophée “Les femmes battantes” : L’APPEM magnifie la malienne pour la quatrième fois

L’alliance des  patronnes de la presse écrite du Mali (APPEM) a organisé, le 24 mars dernier, la 4ème édition de la nuit du trophée “Les femmes battantes”. C’était en présence de Mme Diallo Djènèbou Dème, représentante du Ministre en charge de la communication.

Pour la quatrième fois consécutive, l’alliance des patronnes de la presse écrite du Mali (APPEM) offre des trophées aux Maliennes qui se sont distinguées dans leurs domaines d’activités. Selon la présidente de  l’APPEM, Mme Dado Camara, « la nuit du trophée “Femmes Battantes” vise à célébrer la bravoure des femmes et à inciter à entreprendre des activités, gage d’autonomisation, d’épanouissement et de développement socioéconomique. C’est une manière pour l’Alliance des Patronnes de la presse écrite du Mali (APPEM) de magnifier la femme malienne, dans sa diversité socioculturelle ».

Cette année comme les précédentes éditions, dix (10) trophées ont été décernés à neuf femmes et une organisation de femmes. Il s’agit de Konaté Assitan Diakité, Assitan Coulibaly, bijoutière, Assétou Mah Diarra, agricultrice, Massitan Dembélé, virtuose de djembé, Nassira Traoré, Mme Sanogo Namoro Coulibaly, transformatrice de produits agricoles, Ramata Koné, conductrice de tracteur, Souadou Diabaté, Présidente d’association de soutien aux jeunes filles, Rabia Traoré, photographe et Aminata Danioko dite Ami Yéréwolo (Rappeuse). Après avoir remercié les partenaires, la Présidente de l’APPEM a rendu un vibrant hommage à feue Mme Fatoumata Siré Diakité.

L’animation de la soirée était assurée par les artistes Sadio Sidibé et Ami Yéréwolo.

L’APPEM, selon sa présidente, développe et participe à des actions pour la promotion de la femme. Ses objectifs sont entre autres, d’encourager l’automatisation des femmes à travers des articles de presse, servir de relais entre les organisations de femmes et les populations, mettre l’information et la communication au cœur de l’activité des femmes.

Catherine Tounkara, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *