Oyahitt Aya, chef service jeunesse et sports de Goundam : « La jeunesse ne doit jamais accepter de se faire embrigader par des bandits armés »

Oyahitt Aya est le chef service jeunesse et sports de Goundam. La jeunesse de Goundam très motivée, participe activement à la construction de sa commune à travers de nombreuses activités. Elle n’entend ménager aucun effort pour accompagner le gouvernement et ses partenaires dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Les jeunes de Goundam n’ont jamais courbé l’échine. En pleine occupation, le vendredi, 13 juillet 2012, la jeunesse de Goundam a bravé la peur pour affronter les forces d’occupation avec des moyens rudimentaires. Une véritable preuve de leur engagement au chevet des paisibles populations meurtries. La jeunesse de Goundam s’apprête à organiser une marche contre les braquages consécutifs sur les axes routiers. En prélude à cette marche,  Oyahitt Aya a accepté de répondre à nos questions. 

Comment se porte la population de Goundam ?

La population de Goundam n’est pas dans de bonnes conditions de vie. Cela est dû à beaucoup de facteurs à savoir, le changement climatique avec la rareté des pluies, le manque d’eau potable, la dégradation des terres cultivables. A cela, il faut ajouter les effets collatéraux engendrés par l’occupation du nord par les groupes armés. Le brigandage et le pillage  des populations sont devenus monnaie courante. L’insécurité menace en permanence les échanges commerciaux sur les axes routiers. Les populations meurtries dans leur âme et leur chair espèrent se relever après l’occupation brutale de leurs terres. Goundam est une ville cosmopolite, vivante, bruyante et au carrefour de la culture et de l’art. Elle a l’espoir de renaître de ses cendres après avoir été balayée par plusieurs rebellions successives. Le cri de détresse de Goundam doit être entendu par les autorités du pays.

Quelle est la situation de la jeunesse de Goundam ?

Les jeunes de Goundam mènent de multiples activités au service de leur commune notamment sur le plan artistique, culturel et sportif. Ils font du reboisement et des activités qui entrent dans le domaine de la citoyenneté et de la gestion des conflits civils, suivies généralement de conférences. Ils prennent également part et de façon très active aux ateliers de formation et aux fora tant au niveau local, régional que national. La plupart des mouvements associatifs des jeunes de Goundam et à travers tout le cercle font des activités d’assainissement pendant le weekend. Ils organisent aussi des marches de soutien à l’Etat dans sa politique de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. Grâce à ces activités juvéniles riches en couleur, Goundam commence à renaître de ses cendres malgré l’insécurité résiduelle. Les jeunes font de leur mieux. Depuis les premières heures de la reconquête des régions nord du pays pendant que certains secteurs ne tournent même pas, nous avons repris nos activités sans moyen et nous nous sommes débrouillés avec les moyens de bord. Le conseil local des jeunes se donne pour mission de cultiver l’esprit de citoyenneté chez tout un chacun : patriotisme et citoyenneté.

 

Quel est l’engagement de la masse juvénile de Goundam pour le retour de la paix et la réconciliation nationale au Mali ?

La jeunesse de Goundam s’adapte à la situation actuelle et cherche à tirer son épingle du jeu. Son rôle pour le retour de la paix et la réconciliation nationale au Mali est d’accompagner, de soutenir et de participer à la vie politique en adhérant au contenu de l’accord de paix issu du processus d’Alger et en motivant les uns et les autres pour son application. Elle a également un rôle de sensibilisation et de mobilisation à jouer. Elle est la force vive et le fer de lance de toute une population qui aspire au bien-être. Elle doit aussi se donner le rôle de gardien de mémoire et de courroie de transmission dans les différents événements qui ont marqué l’histoire récente de notre pays. Il faut une implication effective des jeunes. Les jeunes et les femmes sont directement concernés pour toutes les activités génératrices de revenus.

Votre message ?

Je lance un appel à la jeunesse de demeurer debout pour relever le défi du retour de la prospérité, la réconciliation des cœurs, l’unicité des habitants, ensuite booster le commerce et l’emploi, «gage» de l’autosuffisance alimentaire et signe de la relève du défi économique.

Le chômage ne doit pas affaiblir la volonté de la jeunesse, pour rien au monde. Elle ne doit jamais accepter de se faire embrigader par des bandits armés.

Propos recueillis par A.M.Bangou dit Ecrivain depuis Goundam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *