Parquet de la commune III : Le grand retour de Mahamadou Bandiougou Diawara

Mahamadou Bandiougou Diawara a été nommé par le conseil supérieur de la magistrature au poste du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la commune III du district de Bamako.

Rien de surprenant pour qui connait un tant soit peu cet homme discret, pétri d’expériences et très attaché aux règles d’éthique et de déontologie. Il est perçu aux yeux des habitués du palais de justice comme le Procureur idéal pour ses qualités professionnelles. Entré dans la magistrature en 1997, il a gravi tous les échelons. C’est dans le septentrion malien précisément à Gao que le jeune magistrat a fait ses premiers pas

en qualité de substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de Gao. Dans la Cité des Askia, il officie pendant trois ans avant d’atterrir à Ténenkou comme juge de paix à compétence étendue. Dans

cette zone inondée où habitent majoritairement des peulhs et des bozo, le jeune magistrat charme la population pour son attachement à faire triompher la justice sur l’injustice, le bien sur le mal. Ils sont nombreux encore à déplorer son départ.

Un magistrat modeste et de bonne foi

En 2004, le fils de Bandiougou et Nana Touré devient le 1er substitut du Procureur de la République près le tribunal de première instance de la commune III du district de Bamako en charge du pôle économique et financier de Bamako. Son choix n’était pas gratuit à l’époque car il répondait à tous les critères pour être le substitut de Sombé Théra. Entre 2004 et 2008, Diawara comme l’appellent les stagiaires au parquet, va devenir la pièce maitresse du parquet de la commune III. Ses brillants réquisitoires et ses passes d’armes avec des avocats au cours des audiences révélaient à l’assistance

son immense talent de parquetier. Il n’en fallait pas moins pour séduire les jeunes stagiaires qui se bousculaient à sa porte afin de découvrir son secret. Après la commune III, Mahamadou Bandiougou Diawara est devenu le doyen des juges d’instruction au tribunal de Première instance de Ségou. Par la suite, il est vice-président du Tribunal de première instance de la commune I du district de Bamako. En 2014, il est nommé au Tribunal de la Commune IV en qualité du procureur de la République.

Jusqu’à sa nomination en commune III, il était vice-président au tribunal de première instance de Mopti. Partout où il passe, le nouveau chef du parquet de la commune III est apprécié pour sa compétence, sa modestie, sa simplicité. « Personne n’est indispensable mais Mahamadou B. Diawara est irremplaçable », ajoute une collaboratrice qui salue son goût du travail bien fait. Humble, il est un homme de foi qui maîtrise parfaitement le Coran.

A 47 ans, il est marié et père de 4 enfants.

Modibo L. Fofana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *