Personnalité du Mois : Mme Sy Kadiatou Sow, Présidente de la Plateforme Antè A bana

Incontestablement, Mme Sy Kadiatou Sow a été une des figures de proue de la résistance au projet de révision de la Constitution du 25 février 1992, initiée par le Président de la République. Ancien ministre de la République, elle incarne l’intégrité et l’honnêteté, des qualités devenues rares chez les cadres de la République. Inflexible, véridique, raisonnable, elle fait honneur à la femme malienne, africaine.

Titulaire d’une Maîtrise de Lettres modernes et d’une Licence de droit public de l’université de Paris X (Nanterre) en 1978, Mme Sy Kadiatou Sow est la première femme à occuper le poste de gouverneur dans l’histoire du Mali. Mme Sy a derrière elle une riche carrière administrative et de militantisme à la fois politique et associatif. De 1982 à 1990, elle était gestionnaire des Ressources humaines à la Compagnie Malienne de Développement des Textiles (CMDT).

Figure emblématique du mouvement démocratique, elle a pris une part très active dans la chute de la dictature du général Moussa Traoré et l’avènement de la démocratie au Mali. Membre fondateur du Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema/PASJ), elle a été la secrétaire générale adjointe du comité exécutif de 2000 en 2003, directrice de campagne du candidat de l’Adema aux élections présidentielles de 2002. Depuis février 2009, elle est la présidente du comité exécutif de l’ADEMA Association, «Alliance pour la démocratie au Mali».

En avril 1993, elle est nommée au poste de gouverneur du district de Bamako. Une première ! Elle est à la fois chef de l’exécutif régional et présidente du conseil du district. Mme Sy entreprend de nombreuses initiatives comme l’impulsion et le renforcement de la dynamique GIE (Groupement d’Intérêt Economique) dans la gestion des déchets urbains et la dynamisation du jumelage-coopération entre Bamako et ses villes sœurs. L’action la plus importante de son passage au gouvernorat demeure sans doute le programme «Sauvons notre quartier ». Ce programme de réhabilitation des quartiers spontanés visait à renforcer la sécurité foncière des habitants et à améliorer leurs conditions de vie. Après cette expérience réussie, elle débute en février 1994 une carrière ministérielle. De février à octobre 1994, elle est ministre des Affaires Etrangères, des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Pendant presque six ans (octobre 1994 à février 2000), elle est ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat. Par la suite, elle a occupé le poste de Directrice du Projet d’appui au développement communautaire.

Sur le plan associatif, cette femme de très grande conviction, constante dans ses prises de position, est une militante du mouvement féminin. Entre 1991 et 2000, elle a été la présidente du Collectif des Femmes du Mali (COFEM). Membre du Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires (REFAMP), Salama comme l’appellent ses proches, est la présidente d’honneur de plusieurs associations de jeunes dont les Clubs UNESCO et Jeunesse de l’Union africaine de la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie, la Fédération malienne de Scrabble.

Si en 2009, elle a eu le trophée d’initiative décerné par le patron d’Airness à certaines femmes battantes, Mme Sy Kadiatou Sow a été décorée en 2013, Officier de l’ordre national du Mali par le Président de la Transition, Pr Dioncounda Traoré.

Incontestablement, Mme Sy a incarné la résistance au projet de révision de la Constitution du 25 février 1992, initiée par le Président de la République en sa qualité de présidente de la Plateforme Antè Abana – Touche pas à ma Constitution. « Je n’ai rien contre la personne d’Ibrahim Boubacar Keïta, au contraire, je le connais très bien, j’ai été son ministre. », aime-t-elle répéter à ses interlocuteurs.

Pour Madani Tall, homme politique et économiste, « elle est de ces femmes de l’hymne qui savent relever le sabre quand les hommes désertent ». Inflexible et imperturbable, elle a tenu à dire, le 18 août dernier lors d’une rencontre au palais de Koulouba, ses petites vérités au chef de l’Etat. À la fin de la rencontre, sa poignée de mains avec le Président IBK était plus qu’évocatrice. Tout simplement, Mme Sy fait honneur à la femme.

Chiaka Doumbia
Source : Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *