Pour l’indépendance énergétique du Mali : Le quitus du CNT à la loi ratifiant l’accord de financement

Sous la présidence de son Président, Malick Diaw, le Conseil National de Transition (CNT) a tenu une séance plénière au Centre international de conférence de Bamako le samedi 30 janvier 2021.

Ce projet de loi portant ratification de l’accord de financement a été adopté par les membres du conseil national de Transition à 101 voix pour, 0 contre et 0 abstention. Fruit de la coopération entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Association Internationale de Développement (IDA) relatif au Programme de financement de la politique de développement du commerce régional de l’Energie en Afrique de l’Ouest, il a été étudié au préalable par   la Commission du Développement Rural, de l’Environnement, de l’Assainissement, de l’Eau et de l’Energie du CNT.

La souveraineté énergétique….

Le projet visant à accroitre la sécurisation et la productivité énergétique permettra à notre pays de faire face au défi permanent de paiement de factures d’électricité en tant qu’importateur grâce à un financement de 22. 600. 000 Euros, soit 18 .104 413 200 FCFA. Le prêt est remboursable sur 32 ans avec un taux d’intérêt de 0,50%.

A en croire le ministre des Mines, de l’Eau et de l’Energie, Lamine Seybou Traoré, EDM qui achète à 135 FCFA le Kilowattheure pour le vendre à 90 FCFA aux consommateurs, a une dette d’exploitation de 180. 000. 000. 000 FCFA à ses fournisseurs (dont 70 milliards à la Côte d’Ivoire énergie, 30 milliards à Star oïl, Total, etc….). Pour le ministre, ce projet de loi consiste à endetter le pays pour payer les factures impayées des fournitures, afin de poursuivre la distribution du service public de fourniture d’électricité (fonctionnant avec 76% d’énergie thermique comme source d’approvisionnement), avant d’ajouter qu’il œuvrera sur le long terme pour la mixité énergétique avec comme objectif de 30 % de solaire ou photovoltaïque et 50% d’hydro électrique. Savez-vous que 65% des délestages sont dues aux pannes sèches des groupes électrogènes, a-t-il révélé.

Les membres du CNT ont exhorté le ministre de l’Energie, Lamine Seybou Traoré, à intensifier les efforts, explorer toutes les alternatives, pour donner à notre pays à l’instar du Sénégal, de la Mauritanie, la souveraineté énergétique…

Alpha Sidiki Sangaré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *