Problèmes d’emploi des jeunes au Mali Bientôt les solutions de la Société Civile

Proposer des solutions aux autorités compétentes pour l’emploi des jeunes, c’est l’objectif recherché à travers un forum de réflexion sur la recherche des voies et moyens pour l’emploi des jeunes, organisé par les Organisations de la Société Civile (OSC). C’était les 23 et 24 juillet 2016 au Palais des Sports.

Durant deux jours, 210 participants venus de Bamako, de toutes les régions et de la diaspora ont échangé autour de 5 thématiques. Il s’agit de « La promotion de l’emploi des jeunes : quelles formations pour quels emplois ? » ; « Les opportunités d’emplois dans le secteur agricole et dans les corps de métiers » ; « Les nouvelles sources de financement interne pour la promotion de l’emploi des jeunes au Mali : Enjeux et perspectives » ; « Place et rôle du secteur privé dans la promotion de l’emploi des jeunes au Mali » et enfin « Quelle contribution de la jeunesse malienne dans l’atteinte de l’objectif de 200 000 emplois à l’horizon 2018 ».

Dans son mot de bienvenue, Mahamoud Doumbia, représentant du maire de la Commune IV du District de Bamako, a précisé qu’aujourd’hui les jeunes du Mali ont pris conscience de la recherche d’emploi, car dit-il, tout le monde ne peut pas devenir fonctionnaire. Quant à Mamadou Kaladioula Diabaté, Chef des Griots du Mali, il dira que les jeunes ne doivent pas être trop pressés. « Sans une formation et un apprentissage adéquats, les jeunes ne peuvent pas relever les défis du développement », a-t-il souligné tout en invitant les autorités compétentes à assurer une meilleure formation professionnelle à l’endroit des jeunes.

« Tous les jours, il y a des rencontres, la nôtre doit s’inscrire dans l’histoire du Mali en matière de recherche de solutions pour l’emploi des jeunes combien important pour la sécurité et le développement de notre pays », a précisé Mohamed Maki Bah, Président de la Commission d’Organisation. Selon lui, la meilleure façon de réfléchir sur l’emploi des jeunes, est l’implication totale des jeunes eux-mêmes. « Au niveau de l’Agence Pour l’Emploi des Jeunes (APEJ), nous pouvons prendre aujourd’hui 5 mille jeunes, mais les autorités compétentes ont estimé qu’il faut un emploi d’un contrat d’au moins un an avec un salaire décent. Mais, nous n’avons pas assez de moyens pour garantir cela. C’est pourquoi nous ne pouvons que leur offrir un an de stage », a-t-il ajouté.

En saluant l’initiative, Mohamed Salia Touré, président du Conseil National de la Jeunesse, a souhaité que cette rencontre soit la solution pour l’emploi des jeunes dans notre pays. « Ce sont ces genres d’évènements que nous accompagnons, parce que c’est un forum de proposition et de réflexion sur la manière dont nous pouvons financer l’emploi des jeunes. A travers cette rencontre, nous saurons comment nous pourrons mobiliser davantage de ressources pour les jeunes », a déclaré Mahamane Baby, Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Selon lui, ce forum accompagne les idées du Président de la République pour le financement de l’emploi des jeunes.

Ousmane Ballo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *