Produits industriels : Le Mali, premier importateur de l’UEOMA

En prélude à la Journée de l’Industrialisation de l’Afrique, l’Organisation Patronale des Industriels (OPI) du Mali a animé une conférence de Presse à son siège. Le principal animateur, Cyril Achcar, président de l’OPI, était assisté de la présidente de la Commission d’organisation de la Journée de l’Industrialisation de l’Afrique, Jamila Ben Baba et du Directeur National de l’Industrie, Sékou Kéita. Même si le rendez-vous des 19 et 20, pour célébrer la Journée de l’Industrialisation de l’Afrique était au menu, l’objectif principal était de présenter le Livre Blanc de l’Industrie au Mali. Le point !opi-01
Monsieur Cyril Achcar a procédé à la présentation exhaustive du Livre Blanc de l’Industrialisation au Mali, Tome II. Le document apporte à la fois un diagnostic et une vision stratégique de l’Industrialisation au Mali. Il relève que le taux de croissance annuelle du PIB était de 5% en 2015 (Source BCEAO), alors qu’il faudrait au minimum 7% de croissance inclusive pour stopper l’augmentation de la pauvreté et résorber le chômage. Il nous apprend que la balance commerciale de notre pays est fortement déficitaire (environ 400 milliards FCFA en 2015, BECEAO) ; l’importation de produits industriels participe grandement à ce déficit et hisse le Mali au premier rang des importateurs de l’UEMOA.
Le document nous renseigne que l’étude budgétaire représente dans notre pays, 40% des ressources de l’Etat. Le Mali, pays enclavé avec une économie essentiellement rurale et dépendant de l’extérieur, est considéré comme l’un des pays les moins avancés. Le poids de l’Industrie manufacturière dans le PIB du Mali est de 5% (INSTAT, 2015), alors qu’il se situe en moyenne à 11% pour l’ensemble de la CEDEAO. Le taux d’utilisation des capacités de production au Mali est d’environ 33% (8h sur 24 h).
Le tome II du Livre Blanc comprend 24 mesures réalistes et innovantes portées pour faire de l’Industrie malienne, le fer de lance d’un développement économique solide. Ainsi, près de 6 mesures sont en application, 4 sont au niveau du Gouvernement et plus de 14 sont “à initier”. Dans sa vision stratégique, le Livre Blanc indique que l’industrie malienne peut être amenée à un niveau normal (une contribution de 10 à 20% au PIB). Afin de pouvoir figurer parmi les nations africaines les plus développées, l’industrie malienne doit être surtout redynamisée.
Jamila Ben Baba a invité les décideurs politiques et les investisseurs potentiels à s’investir dans le développement industriel de notre pays. Elle a ensuite présenté le programme de la Journée Internationale de l’Industrialisation en Afrique (au Parc des expositions de Bamako) qui sera présidée par le Président de la République en compagnie de plusieurs acteurs industriels.
Le Directeur National de l’Industrie, Sékou Keita, a apprécié l’effort des industriels maliens dans l’économie tout en louant la qualité des produits fabriqués au Mali.
Gaoussou M. Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *