Programme « Initiative pour une Chaîne de Valeur Karité Durable »: Plus de 40.000 femmes des zones de production concernées

Réduire l’extrême pauvreté, autonomiser les femmes et améliorer la sécurité alimentaire dans les zones de karité, c’est le but de l’« Initiative pour une Chaîne de Valeur Karité Durable ». Le programme a été lancé hier mercredi 04 octobre, par Oumar Alassane Kouyaté, Conseiller Technique, chargé des questions juridiques au Ministère du Commerce en présence de M. Mohamed Sidibé, Coordinateur national du Cadre Intégré Renforcé (CIR), du Directeur régional de l’Organisation inter-églises néerlandaise de coopération au développement (ICCO), M. Abba Maïga, d’un représentant de la société Abou Talla et Fils (SOATAF), M. Modibo Talla, du représentant de l’Alliance Globale du Karité M. Badiè Mariko et de nombreuses actrices de la filière karité venues de plusieurs localités du pays.
Le karité est l’une des récoltes génératrices de revenus les plus importantes pour quelques trois millions de femmes dans les régions productrices de karité du Mali. La production est estimée à 250.000 tonnes par an. Selon une étude menée par le gouvernement malien, dans ces régions notamment à Sikasso, Ségou, Koulikoro et Kayes, les cacahuètes et le négoce de beure fournissent jusqu’à 80% du revenu des zones rurales (MPFEF, 2011).
C’est pour valoriser le Karité à fortes potentialités économiques que le programme initiative de l’Alliance Globale du Karité en collaboration avec l’USAID a vu le jour au Mali. Fruit d’un partenariat entre le Ministère du Commerce et l’USAID, le programme de trois ans (2017-2019) est mis en œuvre par l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré (UMOCI) et ICCO coopération.
L’objectif de l’initiative à hauteur de de 800.000 dollars par l’USAID, avec un appui annuel de l’Etat de 40 millions FCFA, est de contribuer à l’augmentation de la sécurité alimentaire, du revenu durable, de l’égalité entre les sexes et de la résilience de 40.000 femmes principalement dans les régions productrices de karité au Mali. Pour y parvenir, des activités seront menées telles que le courtage de contrats garantis, équitables et à long terme entre les coopératives de karité et les entreprises privées ; l’amélioration du stockage avec la construction de 23 magasins modernes et la formation des femmes sur la gestion du stockage ; la formation des coopératives dans le développement des entreprises/entreprenariats et la qualité du karité ; l’amélioration des parcs de karité en développant des pépinières de plantes de karité et en formant les coopératives sur le greffage et l’élagage pour protéger les arbres.
Pour le représentant de l’Alliance Globale karité, M. Badiè Mariko, c’est un grand jour pour les acteurs de la filière karité au Mali qui est classé comme le 2ème producteur après le Nigeria. Il a remercié le consortium pour la mise en œuvre de ce projet. Abondant dans le même sens, le Coordinateur national du cadre intégré, M. Mohamed Sidibé, a indiqué que le programme va contribuer largement à lever les contraintes majeures qui pèsent sur l’offre de karité, notamment aux plans des infrastructures de stockage, de la qualité des amendes et de l’exportation. Il a rappelé qu’un autre projet est en cours d’élaboration pour quatre ans. Il s’agit du projet de la catégorie 2 pour le développement de la filière karité qui mettra en œuvre une stratégie de développement des marchés ; améliorera la qualité et accroîtra la valeur ajoutée des sous-produits exportables du karité. Il renforcera également les infrastructures de conditionnement, de stockage/conservation, de transformation et la logistique de transport et facilitera l’accès au financement. Les deux projets, affirme M. Sidibé seront en synergie pour développer la filière karité.
Il a enfin salué la désignation du secrétaire exécutif de l’association des professionnels de la filière Karité au Mali (APROKAM), en qualité de président mondial de l’alliance globale du karité lors de l’assemblée générale qui s’est tenue à Cotonou en mars 2017. Quant au représentant de la SOATAF, Modibo Talla, il a rassuré que les achats seront encadrés à des prix rémunérateurs.
Le représentant du Ministre du Commerce, M. Oumar Alassane Kouyaté, Conseiller technique en charge des questions juridiques, qui a procédé au lancement officiel du programme, a indiqué que le développement de la filière karité a un triple-impact environnemental, social et économique. C’est pourquoi, il a rassuré du soutien du Ministère du Commerce dans le développement de la filière Karité.

Daouda T. Konaté
Source : Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *