Projet de Renforcement des Capacités Productives et Commerciales de la filière Gomme Arabique au Mali : Une alternative de développement pour les localités sahéliennes du pays

Le prix mondial de la gomme arabique devient de plus en plus rémunérateur sur le marché international. Compte tenu du potentiel de production et de la forte demande internationale de la gomme arabique, le Ministère du Commerce a initié le Projet de Renforcement des Capacités Productives et Commerciales de la filière Gomme arabique au Mali. Derrière cette initiative, il s’agit pour le département de contribuer au développement du marché en vue de créer des emplois et augmenter les revenus des acteurs.gommes-arabiques-02
Le renforcement des capacités productives, voire commerciales de certaines filières comme celle de la gomme arabique, est un gage de développement et de lutte contre la pauvreté. Le Ministère du Commerce, avec à sa tête Abdel Karim Konaté dit Empé, l’a bien compris en initiant le projet gomme arabique. Ses objectifs sont, entre autres, de contribuer à l’amélioration des revenus des acteurs directs de la filière gomme arabique notamment les producteurs, les collecteurs et les exportateurs ; réduire la pauvreté au Mali par l’exploitation rationnelle et l’exportation de la gomme arabique.
Impacts du Projet Gomme arabique
Le projet qui se veut structurant, a plusieurs impacts tous bénéfiques aux populations notamment des zones de production de la gomme arabique.
D’abord sur le plan économique, il est clair que la mise en œuvre de ce projet permettra la réduction de la pauvreté par le commerce (augmentation de revenus et amélioration de la balance commerciale). Les peuplements naturels d’acacia étant en dégradation, le projet envisage la réalisation de 10 000 hectares de plantations de gommiers d’accacia Sénégal qui est la variété la plus prisée sur le marché international. Aussi, la valorisation de la filière gomme arabique favorisera la création de plus de 50 000 emplois directs et une centaine d’emplois indirects et aidera ainsi à l’atteinte de la promesse présidentielle de création de 200.000 emplois. Toute chose qui aura un impact considérable sur le plan social à travers la réduction de l’exode rural vers les zones urbaines, les pays voisins et surtout la réduction des flux migratoires vers l’occident en raison du fait que les zones de production de la gomme arabique sont les zones d’extrême pauvreté parmi les plus pauvres. Le projet contribuera aussi à l’autonomisation des femmes rurales des zones gommifères du Mali par l’exploitation des forages des parcelles reboisées pour les cultures intégrées.
Autre impact important, c’est celui de l’environnement. A travers la gestion durale des terres et la séquestration du carbone par l’exploitation rationnelle du gommier, la préservation des sols et la plantation de gommiers, on luttera efficacement contre l’avancée du désert et le changement climatique.
Activités réalisées dans le cadre du projet
Le projet concerne 13 cercles du Mali à savoir, Kayes, Nioro, Yélimané, Diéma, Nara, Ségou, Niono, Mopti, Ténenkou, Gourma Rarhouss, Douentza, Youarou et Niafunké. D’importants travaux ont déjà été réalisés dans ces zones d’intervention du projet. Il s’agit du lancement officiel pour la première fois, de la campagne de commercialisation 2015-2016 au mois de janvier 2016 à Kayes ; la plantation de 10 000 hectares de gommerais ; la mise en place de 177 sociétés coopératives de gomme arabique et 19 Unions de Sociétés Coopératives dans les zones de production ; l’acquisition de matériels et outillages de pépinières pour la production de plants d’acacia. Ce n’est pas tout, vingt-six (26) pépinières des Unions de Sociétés Coopératives ont été formées ; la mise en place d’un système de gestion de la qualité dans une unité de transformation de gomme arabique à Sandaré Produit du Sud ; l’élaboration des normes de qualité en collaboration avec l’Agence Malienne de Normalisation et de Promotion de la Qualité (AMANORM). Deux activités sont en cours de réalisation que sont la formation des producteurs de gomme arabique en techniques d’exploitation de la gomme et la réalisation de vingt (20) forages sur les sites de production de plants.gommes-arabiques-01
La gomme arabique, une plante en or
La filière gomme arabique est une filière porteuse compte tenu de son potentiel de production important et de sa forte demande internationale. En termes d’offre, la production de gomme arabique par le continent africain est estimée à 96 000 tonnes en 2014. Trois (3) pays se partagent 90% de la gomme arabique exportée sur le marché mondial en 2014. Il s’agit du Soudan (65 271 tonnes), du Nigéria (12 136 tonnes) et du Tchad (10 679 tonnes) tandis que quinze autres pays africains se partagent les 10% restants (Ethiopie, Tanzanie, Cameroun, Togo, Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso, Kenya, Erythrée, Ouganda, Somalie).
Le Mali dispose d’un potentiel important de production de gomme arabique dont les peuplements naturels d’acacia sont localisés dans les zones sahéliennes avec une bonne partie des régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti et Tombouctou. Ces peuplements naturels sont en dégradation.
Quant à la demande internationale de la gomme arabique, elle reste forte. La gomme est exportée brute ou transformée. Les exportations du Soudan, du Nigeria et du Tchad, essentiellement brutes, représentent 60% de l’offre mondiale qui a dépassé les 147 000 tonnes en 2014.
La France, l’Inde et les États-Unis sont les trois principaux pays importateurs de gomme arabique et représentent environ 75% des importations mondiales. La France est le premier pays importateur (41 000 tonnes en 2014) et exportateur (35 000 tonnes en 2014). Les Etats-Unis et l’Inde ont importé respectivement 32 500 tonnes et 20 500 tonnes en 2014.
La demande est essentiellement tirée par les industries agroalimentaires, en particulier celles liées aux boissons et produits laitiers. La gomme brute est transformée par des industries spécialisées fournissant les grands groupes agro-alimentaires.
Le prix mondial de la gomme arabique devient de plus en plus rémunérateur sur le marché international. Les prix de la gomme ont été particulièrement élevés en première partie de saison. La gomme dure a atteint 2 750 000 FCFA FOB Sudan en janvier. La deuxième partie de saison, liée à la seconde récolte, a vu les prix baisser pour évoluer entre 1 650 000 FCFA et 1 800 000 FCFA la tonne FOB Sudan. De même, les prix de la gomme friable ont été à la hausse : en fin de saison, la gomme en provenance du Soudan s’est vendue entre 190 000 et 225 000 FCFA la tonne.
Au Mali, en dépit du potentiel de production existant, les exportations de gomme arabique restent en deçà des attentes. En 2015, le Mali a exporté 4 900 tonnes comparativement à 2009 où on était à 2 000 tonnes. Les prévisions font état d’une capacité d’exportation de 5145 tonnes en 2016.
Multiple utilisation de la gomme arabique
La gomme arabique est essentiellement utilisée dans l’industrie alimentaire où elle est un additif alimentaire (code E414). Les qualités de la gomme, solubilité élevée dans l’eau et basse viscosité, sont utilisées en tant qu’émulsifiant, stabilisant, épaississant ou encore adhésif. De plus, elle ne possède aucune toxicité et présente un faible pouvoir calorique.
Elle est utilisée depuis des décennies dans les boissons (plus grands utilisateurs de gomme), la confiserie (boulle de gomme, dragées et produits enrobés), les produits laitiers, les sauces, les arômes, la boulangerie, la viticulture (pour stabiliser les matières colorantes des vins rouges et en améliorer les qualités organoleptiques). Toute bouteille de coca-cola contient une goutte de gomme arabique. La gomme arabique est également employée dans l’industrie pharmaceutique (pâte de gomme et enrobage de médicament). Elle entre également dans la composition des gouttes et des sirops antitussifs. En cosmétique, elle sert d’agent adhésif dans la préparation de poudre et des masques faciaux et assure l’onctuosité des lotions.
Par Daouda T. Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *