Rapport d’analyse de l’INSTAT : 44,2% des entreprises abandonnent à l’étape conceptuelle

Pour analyser la recherche, le développement et l’innovation au Mali en 2015, l’Institut National de la Statistique (INSTAT) en collaboration avec le Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) a réalisé une série d’enquêtes auprès des Institutions de Recherche et de Développement (R&D), des Entreprises Industrielles et des services  de la Direction Générale du Budget. Le présent rapport rend compte de l’état de la R&D et de l’innovation au Mali.

 

Les résultats de la présente étude montrent que 24,376 milliards de FCFA ont été engagés dans la R&D dont près de 95% sont du Gouvernement (48,8%) et des entreprises privées (45,7%). La subvention du Gouvernement s’élève à 43,6% de ces dépenses et 32,7% sont des fonds étrangers. La recherche appliquée domine les deux autres types de R&D avec 58,4% pour les dépenses totales et 57,1% pour les dépenses courantes.

Les chercheurs sont à 41,7% du personnel de R&D, ils sont en majorité dans le Gouvernement (56,6%) c’est-à-dire la fonction publique générale et l’enseignement supérieur. Parmi les chercheurs, les femmes représentent seulement un dixième (10,5%).

Les résultats de l’innovation indiquent que 17,9% des entreprises maliennes font partie d’un groupe et qu’elles ont comme marché géographique principalement l’Europe, les Etats-Unis et l’Asie. Plus d’un quart (26,8%) des entreprises ont introduit des produits neufs ou considérablement améliorés entre 2013 et 2015 et sont issues essentiellement des entreprises elles-mêmes à 56,1%. Les innovations nouvelles pour le marché sont de 32,0%.

Beaucoup d’entreprises abandonnent leurs projets d’innovation en cours pour des raisons de coûts très élevés en majorité (55,7%). Quatre entreprises sur dix (44,2%) abandonnent à l’étape conceptuelle. Il est à noter que 68,8% des entreprises pensent que l’élargissement de la gamme des biens ou des services offerts soit le résultat de l’innovation amorcée pour mieux pénétrer de nouveaux marchés.

Elles disposent de moins de droits de propriété, la plus grande proportion obtenue est 18,6% et est relative à « Déposer une marque ». Un quart des entreprises (25,0%) spécifient que leur innovation est une première au Mali.

Source : INSTAT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *