Rapport national sur le développement humain, édition 2016 : Un thème pertinent, d’actualité et d’intérêt national

Le thème « migration, développement humain et lutte contre la pauvreté » de l’édition 2016 du rapport national sur le développement humain, est à la fois pertinent et d’actualité. femmes-01
Élaboré par l’Observatoire du Développement Humain Durable et de Lutte contre la Pauvreté (ODHD), le rapport national sur le développement humain, édition 2016, a été lancé le 23 septembre dernier. C’était à l’hôtel Radisson Blu de Bamako au cours d’une cérémonie présidée par le Chef de Cabinet du Ministère de la solidarité et de l’action humanitaire, Mme Timbo Oumou Ba en présence de la Coordinatrice du système des Nations-Unies, non moins Représentant Résident du Programme des Nations-Unies (PNUD), Mme Mbaranga Gasarabwe. Cette année, le thème traité par les experts de l’ODHD est « migration, développement humain et lutte contre la pauvreté ».
Selon Mme Mbaranga Gasarabwe, le choix de ce thème est plus que pertinent. Le phénomène des migrations, a-t-elle dit, est devenu le principal défi pour les nations. « En effet, à la suite des drames successifs sur les côtes d’Italie, la tragédie de la ‘’jungle de Calais’’ et l’entrée massive de réfugiés syriens en Europe et celui tout récent d’hier sur les côtes égyptiennes, le phénomène est vite devenu une préoccupation centrale dans les pays d’accueil notamment en occident, suscitant des peurs et des sentiments extrêmes chez les uns et des élans de générosité et de solidarité chez les autres », a reconnu la Coordinatrice du Système des Nations-Unies au Mali.
La migration, a-t-elle fait savoir, entraîne une amélioration des conditions de vie et donc du développement humain. « Dans le contexte post-conflit malien, la migration peut constituer un facteur important de stabilisation pourvu que des politiques appropriées de capitalisation des atouts de la diaspora malienne soient menées », a souligné le représentant résident du PNUD au Mali.
Le défi de l’orientation judicieuse des importants flux financiers
Pour le Chef de cabinet du ministère de la solidarité et de l’action humanitaire, Mme Timbo Oumou Ba, le rapport national demeure un outil fondamental de dialogue, de politique et de mobilisation des ressources. « Il est un instrument de sensibilisation et de plaidoyer en faveur du grand public, des autorités politiques nationales, régionales et locales, des partenaires techniques et financiers, de la société civile, des universités, du secteur privé et des medias », a-t-elle précisé en ajoutant que le thème de l’édition 2016 est d’actualité et d’intérêt national à travers la mise en exergue de l’épineuse question de la migration. « De nos jours, les mouvements migratoires suscitent dans les pays d’accueil la montée des mouvements xénophobes, l’émergence et le renforcement des mouvements politiques d’extrême droite. Le durcissement des politiques en matière de migration dans ces pays pousse les migrants à emprunter des chemins périlleux transformant, pour eux, la méditerranée en un vaste cimentière avec le naufrage de leurs embarcations de fortune lors de la traversée des océans », a-t-elle souligné sans oublier de rappeler l’adoption de la politique nationale de migration par le gouvernement. hommes-01
Selon Mme Timbo Oumou Ba, le rapport offre une analyse détaillée sur les liens entre la migration et les indicateurs de développement humain en donnant des renseignements sur les nouvelles tendances du phénomène migratoire. Elle a reconnu que la réduction de la pauvreté par une orientation judicieuse des importants flux financiers générés par les migrants vers l’investissement productif reste un défi majeur. « Les recommandations issues de ce rapport permettront de donner à nos autorités une grande visibilité dans la gestion des questions de migration notamment à travers la mise en œuvre de la politique nationale de migration », a-t-elle affirmé.
Le groupe Nygolon a présenté un sketch sur le thème du rapport. De la présentation sommaire du rapport, on retient que la migration a pour source entre autres la pauvreté, les changements naturels, les causes sociales et culturelles, la fascination des lieux d’accueil et des migrants de retour. Si des migrants sont plutôt jeunes et de sexe masculin, le rapport note la féminisation accrue de la migration. Le fonds transféré par les migrants en 2013 est évalué à 374,7 milliards soit 160% du financement extérieur du BSI 2010-2011. Le Chef de cabinet du ministère en charge de la solidarité a remis des exemplaires du rapport aux représentants de plusieurs ministères.
Chiaka Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *