Réforme du secteur de la Santé : Les acteurs s’engagent

En conclave à Kayes les 07, 08 et 09 septembre derniers, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a exposé son projet de réforme en cours dans le secteur de la santé aux différents acteurs. Aux fins de l’amélioration de la qualité du service au compte des usagers, des conditions de vie et de travail des agents de santé, les chefs de services, le personnel socio-sanitaire représenté par les syndicats de la santé ont donné leur quitus à Monsieur le ministre.
Le conseil de cabinet élargi tenu à Kayes a regroupé la crème du secteur de la santé. Ont pris part à cette importante rencontre, le cabinet du ministre, l’ensemble des directeurs centraux et régionaux de la santé, les directeurs des hôpitaux, les médecins chefs et tous les syndicats de la santé et du développement social. Au menu des discussions, la réforme du secteur de la santé en cours.
Après l’exposé succinct des points inscrits dans cette réforme, le ministre Samba O. Sow s’est dit rassuré par la présence massive des chefs de services et l’engagement des uns et des autres à l’accompagner dans ce projet. Il a précisé que la réussite de sa mission ne consiste pas à relever des responsables de leurs postes mais à avoir à ses côtés les cadres et agents pour un travail en synergie. C’est pourquoi, il souhaite être avec ses chefs de services lors de ses déplacements pour éviter toute évolution en dents de scie dans la recherche des objectifs. « Ces réformes ne sont pas orientées contre une personne, elles ont besoin de l’adhésion de tout le monde… », a ajouté le Pr. Samba O. Sow.
Les cadres présents à ce forum ont tous promis au chef du département de remplir leur part du contrat. Il s‘agit entre autres, de la vulgarisation et de l’application immédiate des aspects urgents de ce projet de réforme qui se traduira par un changement des mentalités chez les prestataires de soins dans les structures de santé.
Pour les représentants des syndicats, cette rencontre avait une importance capitale en ce sens qu’elle a permis aux différentes parties du monde de la santé de souffler dans la même trompette pour l’intérêt supérieur des usagers. Cette rencontre, il faut le dire, était l’une des rares fois que les syndicats s’engagent ensemble pour faire porter haut un message de changement. Il en fut de même lors des différentes visites du ministre dans les établissements de santé à l’endroit du personnel.
Les représentants des organisations syndicales ont dit avoir bien perçu les messages exprimés par les usagers. Il s’agit d’obtenir du personnel soignant plus d’esprit d’écoute, de disponibilité, de patience et plus de sens du sacerdoce. Un message dans ce sens avait été porté par un représentant de la société civile de la région de Kayes en la personne de Moussa Ouane. Ce dernier, dans une salle archicomble, avait dénoncé des faits de corruption de la part de certains agents de santé d’une structure de la ville de Kayes. Le récit de ses déboires était si pertinent que le ministre s’est donné la patience de l’écouter avant d’en appeler au sens de responsabilité de ses collègues praticiens. Cette interpellation n’a pas manqué de toucher la sensibilité des chefs de service et des responsables syndicaux présents dans la salle. Chaque intervenant, de façon explicite, connaissait la leçon à tirer de cette dénonciation. Il ne restait au ministre qu’à attirer l’attention des uns et des autres sur leur responsabilité telle que prescrite par la loi hospitalière et par la charte du malade pour l’honneur de la profession.
Axes majeurs de la réforme
Il faut rappeler que la réforme initiée par le département passe par un changement de comportements des acteurs mais aussi par une modification de la pyramide sanitaire.
En effet, dans le cadre de cette réforme, une dizaine de centres de santé de référence changeront de statut pour devenir des hôpitaux de 2ème référence. Une mutation qui se matérialisera par le rehaussement du niveau des plateaux techniques. La pyramide verra la création des centres de vie communautaire qui seront érigés pour pallier l’accès difficile aux soins de santé.
A l’image de l’hôpital Gabriel Touré, certains hôpitaux de 3ème référence seront érigés en hôpitaux d’urgence et d’autres en hôpitaux spécialisés.
Des hôpitaux régionaux seront transformés en hôpitaux de 3ème référence. En plus de ces aspects matériels, la motivation du personnel socio-sanitaire est un des points-clefs de ce projet de réforme. En effet, au mois d’août dernier, le Conseil des ministres a adopté un décret accordant des primes aux agents socio-sanitaires. De quoi apaiser le climat social, ce qui demeure une condition sine qua non à l’obtention de résultats probants.
Bintou Diarra
Source: L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *