Réformes institutionnelles : La méthode Amadou Thiam

Capacité d’écoute, sens du dialogue, pondération,…ainsi se révèle à ses interlocuteurs le ministre des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile, Amadou Thiam, au cours des multiples rencontres d’échanges qui jalonnent son agenda. 

À la faveur de la constitution de l’équipe gouvernementale, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta et le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, ont placé leur confiance en Amadou Thiam en le nommant ministre des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile. Un immense honneur pour ce jeune cadre politique de 35 ans qui avait déjà prouvé, Place de la République, sa grande disponibilité à servir sa partie.

Écoute, pondération, échanges… Le ministre des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile, Amadou Thiam marque son territoire et semble ne laisser que de bonnes impressions à ses interlocuteurs. Dès le lendemain de sa prise de fonction, le ministre Amadou Thiam sait par quoi commencer : les visites de courtoisie. Et prend son bâton de pèlerin : les Familles fondatrices de Bamako, les confessions religieuses, les organisations de la société civile, les associations de femmes et de jeunes.

Autant il se déplace, autant il reçoit au sein de son département dont les portes ne sont jamais fermées. A qui que ce soit ! Les échanges sont toujours  empreints de cordialité. ‘’Il est temps que les jeunes arrivent aux affaires. Nous avons confiance en THIAM. Il a le soutien de la CAFO’’, a déclaré récemment, à l’issue d’une audience avec le ministre, Mme Traore Fanta Coulibaly, au nom de la Coordination des associations et Ong féminines du Mali (CAFO).

Le président du Conseil national de la Jeunesse du Mali (CNJ), Souleymane Satigui Sidibé,  ne dit pas autre chose ‘’le ministre Amadou Thiam a la capacité d’unifier la société civile autour des actions du gouvernement ‘’. La faitière des associations et mouvements de soutien au président de la République, par la voix de Massoud Cissé, s’engage à soutenir le département en charge des réformes institutionnelles pour la réussite de sa mission.

Toutes les cartes en main pour réussir sur les chantiers des réformes institutionnelles

Le ministre Amadou Thiam se livre au même exercice avec les diplomates et autres représentants des organisations internationales accréditées au Mali. Il présente à ses interlocuteurs diplomates les missions du département, la démarche participative et surtout les perspectives, notamment les assises sur le Dialogue national inclusif. D’ailleurs l’ambassadeur de la France, Joël Meyer dira que « le jeune ministre a toutes les cartes pour réussir sur les chantiers des réformes institutionnelles au Mali ».

A Kayes, Koulikoro et Tombouctou, le ministre des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile a eu une série de concertations avec les forces vives. L’initiative visait à impliquer toutes les couches de la société dans le processus du dialogue inclusif et des réformes institutionnelles. Le succès de l’atelier national de réflexion portant sur la contribution de la société civile au dialogue politique inclusif sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, Dr Boubou Cissé, les 7 et 8 septembre dernier, atteste du dynamisme du ministre Amadou Thiam et son équipe qui ne se sont pas laissés abattre par les difficultés. Avec la conviction que ‘’chaque acteur de la société civile est garant du succès du DPI’’, le ministre et son équipe ont multiplié les démarches  envers toutes les couches de la société civile. Sans doute, la méthode participative prônée par le ministre des réformes institutionnelles et des relations avec la société civile s’avérera payante.

 

Un responsable respectueux des textes de la république

Le 23 mai 2013, l’honorable Amadou Thiam a remis sa démission de l’Assemblée nationale du Mali au Président de l’institution, Honorable Issiaka Sidibé en présence des députés Moussa Timbiné, Mamadou Diarrassouba et Mme Maïmouna Dramé. Cela, conformément à la réglementation en vigueur qui interdit le cumul des mandats en République du Mali.

Par ce geste apparemment anodin mais si lourd de sens, le ministre Amadou Thiam, « un homme intelligent, très religieux » selon le journal Jeune Afrique, prouve son profond respect des lois de la République. Ce qui le distingue d’autres leaders jeunes du landerneau politique malien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *