Religion et politique : Le niet des leaders spirituels musulmans !

Avec la situation actuelle du Mali, le Groupement spirituel des leaders religieux musulmans n’entend plus rester les bras croisés. Aussi a-t-il  initié, le jeudi 02 juillet 2020, au domicile de Chérif Ousmane Madani Haïdara, en présence des grands oulémas de la ‘’Qadriya’’, la ‘’Troïka’’, et autres, une grande lecture de coran pour l’apaisement du climat social et le retour parmi nous, sain et sauf, de Soumaïla Cissé. L’annonce de la tenue de son congrès et d’une conférence nationale a également marqué la cérémonie.

Donner une nouvelle vie au Groupement des leaders spirituels religieux musulmans, faire des bénédictions pour l’apaisement du pays et informer ses membres sur les prochaines assemblées générales et le congrès, telles étaient les grandes lignes de la rencontre des grands oulémas du groupement initiée à la faveur d’une lecture de coran.

Selon le Secrétaire général, Mohamed Macky Bah, le groupement a l’obligation de se manifester et se réveiller compte tenu des  événements de l’heure. La majorité silencieuse qu’il représente dit non à une quelconque confusion de la religion musulmane avec la politique. Car depuis l’antiquité, l’islam est basé sur des valeurs au Mali qu’il faut préserver. A partir de cet instant, le groupement est décidé à relever ce défi.

Pour Chérif Ousmane Madani Haïdara, nous sommes dans un pays qui n’aime pas ses ‘’bons fils’’. Ses gouvernants ne plient que devant ceux qui s’expriment avec leurs muscles. A ce train, la gouvernance devient difficile et c’est ce qui se passe actuellement. Le dignitaire religieux révèle avoir  attiré   l’attention du président de la République sur ce comportement. Malheureusement, l’Etat est confronté à ce problème qui paralyse son  fonctionnement.

Le groupement a toujours fait face à des problèmes majeurs de ce pays et continue sur cette lancée. Il a lancé un appel à tous les membres du groupement pour un esprit constructif et non destructif du pays.

Parlant de la Covid-19, Haïdara a affirmé qu’il ne connaît aucun pays qui n’a pas fermé ses mosquées pour faire face à cette maladie.

Il a donné des exemples dans le temps du prophète Mohamed.

Les  bénédictions pour préserver le Mali de cette pandémie, mais aussi pour le retour de Soumaïla Cissé parmi nous ont marqué la fin de la cérémonie.

Drissa Togola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *