Rencontre internationale des Camara : Dangassa a abrité la 4ème édition

Placée sous le signe de la paix, la 4ème rencontre internationale du nom des familles Camara à Dangassa, une des villes historiques de la lignée des Camara, a été présidée par l’honorable Mohamed Tounkara. Une imposante délégation de l’amicale des Kakolo du Mali, sous la conduite de l’honorable Souleymane Camara, ancien député, a participé à la rencontre. La cérémonie qui a eu lieu les 25, 26 et 27 novembre 2016 à Dangassa, a enregistré la présence d’une forte délégation des Camara, venue de la Guinée Conakry voisine.chall-1165-rencontre-des-camara-a-dangassa-001
Situé à 80 km de Bamako, Dangassa est un village à 95% malinké avec une population de 8030 âmes. Le village fait partie du cercle de Kati, sous-préfecture de Kourouba. Considéré comme l’un des points de repère du patronyme Camara, Dangassa se donne toujours le devoir de consolider le lien de consanguinité, d’où l’organisation de cette 4ème édition de la rencontre internationale des Camara.
Cette rencontre avait pour but de promouvoir l’entente, la reconnaissance de soi, les us et coutumes des Kakolo ou Camara du Mali et de la Guinée et enfin, de consolider les liens de consanguinité entre les Camara partout dans le monde.
La rencontre de Dangassa fait suite à plusieurs autres rencontres entre les Camara du Mandé et ceux installés en Guinée.
C’est dans ce cadre que l’amicale des Kakolo, qui a été créée après la révolution de mars 1991 et qui regroupe les Camara, Magassa, Fofana, Kamissoko et sympathisants, a répondu à l’invitation des Camara. Avec un programme riche et varié sous la présidence du Sous-préfet de Kourouba, Mme Kadidia Bakayoko, cette grande rencontre s’est déroulée dans une liesse populaire.
Des thèmes sur les problématiques relatives à l’origine et au sens du patronyme Camara, les valeurs ancestrales et la différence entre Camara et Kakolo, ont fait l’objet d’une conférence-débat animée par Golé Tounkara, griot et fin connaisseur de l’histoire des kakolo.
Selon le conférencier Golé Tounkara, il n’existe point de différence entre Camara et kakolo, tous les Camara sont sans exception des kakolo, donc des descendants d’un même patriarche.
Le parrain de l’évènement, Mohamed Tounkara, s’est beaucoup réjoui de l’honneur à lui faite par ses hôtes. Saluant l’initiative, il a souhaité la pérennisation des rencontres de ce genre grâce à son impact pour la promotion de la culture mandingue.
De son côté, l’honorable Souleymane Camara, chef de la mission de l’amicale des kakolo du Mali, a soutenu que cette rencontre est venue à point nommé. « Nous sommes des kakolo et nous en sommes très fiers. Nous sommes des guerriers depuis le wagadou et c’est ce qui a permis aux chasseurs d’utiliser le terme «Dansogo» synonyme de maître. C’est dire tout simplement, que les Camara étaient les maîtres de toute l’Afrique occidentale, ancien empire du wagadou des guerriers et détenteurs des armes ». C’est d’ailleurs pourquoi les Camara sont présents un peu partout en Afrique occidentale. « Voilà ce qui explique la présence massive des Guinéens à cette rencontre, tous fiers de retrouver leurs frères maliens.
Au rythme où sont créées les associations culturelles, si leurs animateurs atteignent les objectifs fixés, on peut espérer recréer notre humanité et récupérer nos valeurs qui sont en train de s’effriter. Nos enfants pourront avoir des repères sûrs en grandissant et nos pays pourront s’en sortir ».
Bourama Camara*Envoyé spécial*

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *