Rencontres africaines de la Photographie : La 12ème édition placée sous le signe du partenariat public-privé !

La 12ème édition des Rencontres africaines de la Photographie, prévue du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020, coïncide avec les 25 ans de cet événement culturel.

Le nouveau délégué de la Biennale de Bamako, Lassana Igo Diarra, a animé un point de presse le 20 février dans la salle Fodé Kouyaté du Centre international des Conférences de Bamako. Il avait à ses côtés Yamoussa Fané, conseiller technique au ministère de la Culture, Tidiani Sangaré, directeur de la Maison de la photographie, Patrick Giraud, directeur de l’Institut français de Bamako et Françoise Hugues, l’une des initiatrices des Rencontres.  Cette rencontre d’information sur les préparatifs de la biennale a commencé par un hommage appuyé à la Nigériane Bisi Silva, une figure importante de la culture africaine, décédée récemment. Amadou Kéïta, Hama Gouro, Souleymane Ouologuem et Seydou Camara ont salué la mémoire d’une brave dame qui a aimé et soutenu la photographie malienne. « C’est une dame enthousiaste qui aimait l’art, les artistes surtout maliens. Elle m’a exposé. Elle m’a soutenu. Elle aimait beaucoup les femmes photographes », a souligné le jeune photographe, Seydou Camara.   Lassana Igo Diarra s’est réjoui de la nomination, par l’Union Africaine du Président IBK comme champion des arts et de la culture. Le nouveau délégué de la Biennale a annoncé que son équipe va plaider pour rendre disponible le budget. « Plus le Mali va s’engager financièrement, plus la biennale sera ancrée », a affirmé Lassana Igo Diarra. Selon lui, le processus de sélection des commissaires et du jury des artistes est en cours. Il a annoncé qu’une exposition d’hommage aura lieu en la mémoire d’Alioune Ba et un prix Bisi au plus jeune commissaire. « Nous n’avons le choix que de mieux faire et de bien faire », a-t-il lancé.

Pour Tidiani Sangaré, c’est la première fois qu’un délegué général soit choisi dans le secteur privé. « Nous inscrivons cette 12ème édition dans le cadre du partenariat public-privé », a-t-il souligné en ajoutant que la tâche est difficile mais pas insurmontable. De l’avis de Yamoussa Fané, le choix porté sur Lassana Igo Diarra n’est pas fortuit. C’est un homme connu au Mali et à l’extérieur. Le ministère de la Culture, a-t-il déclaré, se joint à l’équipe du délégué général pour faire de cette édition une réussite totale.

A en croire le directeur de l’Institut français de Bamako, les rencontres constituent un événement mondial. « C’est une affaire des artistes. Au-delà des photographes, tous les artistes doivent se regrouper autour de cette biennale », a fait savoir Patrick Giraud. Françoise Hugues, qui a reçu de nombreux hommages pour son rôle crucial dans l’avènement de cette biennale, a rappelé que les rencontres constituent une initiative malienne et non française. Elle se dit fière des photographes maliens qui doivent être accompagnés. Organisées autour d’expositions thématiques de photographie, les Rencontres africaines de la photographie se sont imposées au fil du temps comme l’un des événements majeurs sur la scène culturelle    mondiale.

Chiaka Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *