Sa Majesté Mohamed VI Roi du Maroc : « Nous sommes engagés à construire une Afrique sûre d’elle-même »

Le Royaume du Maroc a célébré, le 20 août 2017, le soixante-quatrième anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple. Dans son traditionnel discours, Sa Majesté le Roi Mohammed VI évoque largement l’Afrique, la question du Sahara marocain, les efforts de la diplomatie marocaine.
Cette commémoration rappelle la déportation du sultan Mohammed V après sa destitution par la puissance coloniale en l’occurrence la France. Cet acte des autorités françaises à l’endroit du sultan a été vigoureusement rejeté par la population dans le cadre d’un sursaut national.
Pour Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la Révolution du Roi et du Peuple est une épopée nationale symbolisant pour l’éternité la communion entre un Roi combattant et un peuple engagé dans la lutte pour l’indépendance du Maroc et pour le retour au pays de son Souverain légitime. « Il s’agit d’un moment phare dans l’histoire du Maroc qui vit son aura et ses efforts salutaires s’étendre bien au-delà des frontières nationales pour rayonner jusqu’aux confins de l’Afrique », a-t-il affirmé. Selon le Souverain marocain, « cet épisode mémorable marqué du sceau du sacrifice et de la fidélité fut une source d’inspiration pour les mouvements de libération du grand Maghreb et en Afrique australe et boréale ». Imprégné de la symbolique et des valeurs inhérentes à cette glorieuse révolution, a ajouté le Roi Mohammed VI, le Maroc adopta dès son indépendance des positions fermes à l’avantage de l’Afrique par la prise d’initiatives concrètes. Le Souverain chérifien cite trois actions majeures de la manifestation de cette « fibre africaine » pour reprendre ses propres expressions. Il s’agit de la participation du Maroc en 1960 à la première mission de maintien de la paix au Congo ; la tenue, la même année à Tanger, de la première réunion de la commission de développement de l’Afrique ; et la création au sein du gouvernement de 1961 d’un ministère pour les affaires africaines avec pour mission de soutenir les mouvements de libération.
Fidélité à une histoire commune et foi sincère dans la communauté de destin
« Ces efforts sincères en faveur des peuples africains furent couronnés en 1961 par la tenue de la Conférence de Casablanca qui posa les premiers jalons pour l’avènement en 1963 de l’organisation de l’Unité Africaine. Ainsi, l’engagement du Maroc à défendre les causes et les intérêts de l’Afrique ne date pas d’aujourd’hui. C’est plutôt une orientation immuable que nous avons héritée de nos ancêtres et que nous continuons à conforter avec assurance et fierté », a fait savoir Sa Majesté le Roi.
Le choix du Maroc de se tourner vers l’Afrique, a-t-il dit, n’a pas été le fruit d’une décision fortuite. « Il n’a pas été non plus dicté par des calculs conjoncturels ou des supputations éphémères. Il est plutôt le gage de notre fidélité à cette histoire commune et l’expression d’une foi sincère dans la communauté de destin qui nous rassemble », a ajouté le Roi Mohammed VI. Le jeune souverain visionnaire précise que « ce choix est également l’aboutissement d’une médiation profonde et réaliste organisée autour d’une vision stratégique inclusive à long terme et adossée à une approche graduelle fondée sur la notion de consensus ». Pour mieux illustrer cette politique continentale, Sa Majesté Mohammed VI a souligné qu’il a effectué plus de cinquante déplacements dans vingt-neuf pays africains depuis le début de son règne. Le souverain chérifien a insisté dans son discours que ces déplacements mettent en avant la promotion des intérêts communs par la mise en place de partenariats solidaires gagnant-gagnant. Des mégaprojets sont lancés comme le gazoduc atlantique Nigéria-Maroc, la construction de complexes de production d’engrais, la réalisation d’infrastructures sanitaires et d’établissements de formation professionnelle. Le Mali a bénéficié entre autres d’une polyclinique ultramoderne, d’un centre de formation professionnelle et d’une usine de production de ciments.
Une politique africaine couronnée par des succès majeurs
La politique africaine du royaume chérifien a été couronnée par des succès majeurs comme le renforcement des partenariats économiques, le retour du Maroc à l’Union Africaine et l’accord de principe donné pour l’adhésion du Maroc au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. « La réintégration par le Maroc de l’institution continentale constitue un tournant diplomatique majeur dans la politique extérieure de notre pays », a-t-il affirmé. Ce retour décisif, a laissé entendre le Roi du Maroc, n’est pas une fin en soi. L’Afrique, a-t-il plaidé, a toujours été et demeurera en tête de nos priorités. Pour Mohammed VI, le plus important est de contribuer à l’essor du continent et de servir le citoyen africain. « Quiconque délaisse l’Afrique ou la sous-estime par un désintérêt manifeste pour ses causes ou encore une politique de subornation pour s’assurer des positions favorables ne doit en vouloir à personne d’autre qu’à lui-même. En ce qui nous concerne l’Afrique représente l’avenir qui commence aujourd’hui », a-t-il expliqué.
Le Roi affirme que le retour de son pays au sein de l’Union Africaine n’affectera pas les solides relations bilatérales avec les pays du continent et n’aura aucune incidence négative sur les projets de développement. Ce retour est le début d’une nouvelle étape qui sera marquée par un travail conjoint pour donner corps à un véritable partenariat solidaire et œuvrer ensemble à l’essor du continent et à la satisfaction des besoins des citoyens africains. « Nous sommes engagés actuellement à construire une Afrique sûre d’elle-même, solidaire, unie autour de projets concrets, ouverte sur son environnement », a-t-il souligné.
Orientation vers l’Afrique, pas au détriment des priorités nationales
Sa Majesté Mohammed VI a exprimé ses remerciements et sa considération à l’ensemble des pays qui ont appuyé la demande du retour du Maroc à l’UA sans oublier de remercier les dirigeants de la CEDEAO pour leur accord de principe à l’adhésion de son pays. « Le Maroc n’a jamais cherché à faire valoir l’argent comme une monnaie de change dans ses rapports avec ses frères africains. Il a plutôt fait le choix de mettre son savoir-faire et son expérience à leur disposition car nous sommes persuadés que la vraie source de profit pour les peuples n’est pas l’argent précaire mais l’essence impérissable de la connaissance», a insisté le Souverain marocain. A en croire le commandeur des croyants, l’orientation du Maroc vers l’Afrique ne se fera pas au détriment des priorités nationales. « A l’inverse, elle apportera une plus-value à l’économie nationale et contribuera à renforcer les relations de notre pays avec sa profondeur africaine », a détaillé Mohammed VI.
La question du « Sahara marocain » a trouvé une place dans le discours royal. Selon lui, « 2017 est l’année de la clarté par excellence et du retour aux principes et aux termes référentiels retenus pour le règlement de ce conflit artificiel suscité autour de la marocanité du Sahara ». Cette approche ferme et claire, a-t-il expliqué, a permis de remettre le processus de règlement onusien sur la bonne voie et de barrer la route aux menées qui cherchent à le dévier vers un horizon inconnu. « Cette orientation a été réaffirmée en avril dernier dans le rapport du Secrétaire général des Nations Unies et à travers les résolutions du Conseil de Sécurité. Outre le respect des références encadrant le processus de règlement engagé et l’appréciation positive de l’initiative d’autonomie marocaine perçue comme un cadre de négociation valable, l’accent a été mis sur l’établissement des responsabilités juridiques et politiques qui incombent à la partie véritablement impliquée dans ce conflit régional », a déclaré le Roi Mohammed VI.
Sahara marocain : la proposition marocaine d’autonomie gagne du terrain
Aux dires de Sa Majesté, « la proposition marocaine d’autonomie bénéficie d’un appui international soutenu et illustré par le nombre croissant de pays ayant retiré leur reconnaissance à cette entité fantomatique ainsi que par la régularisation du cadre juridique régissant le partenariat économique entre le Maroc et bon nombre de grandes puissances ».
Sa Majesté Mohamed VI voit la révolution du 20 août au-delà du Maroc. « La Révolution du 20 août n’a pas été uniquement un événement saillant dans l’histoire du Maroc. Elle a eu aussi des conséquences majeures et des prolongements significatifs dans les sphères maghrébine et africaine », a-t-il laissé entendre. Il est convaincu de l’existence d’un grand besoin de porter dignement le flambeau de la révolution conformément aux valeurs de sacrifice, de fidélité et de don de soi. « C’est armés de ces principes et dotés d’un sens poussé du travail collectif que nous serons en mesure de relever les défis complexes qui nous assaillent, de mener à bonne fin le processus de développement global et de consolider la sécurité et la stabilité que les peuples de la région appellent de leurs vœux », a-t-il lancé.
Il a salué le travail sérieux et la mobilisation efficace de la diplomatie marocaine qui œuvre à défendre les intérêts supérieurs du pays, à conforter la crédibilité du royaume à l’international et à étendre son rayonnement à l’échelle régionale, continentale et internationale.
Le petit-fils de Mohammed V s’est remémoré dans ce discours avec une vive émotion et un profond recueillement, le souvenir de sa famille pendant son exil à Madagascar où il s’est rendu en visite l’année dernière. «Au cours de ce séjour, j’ai pu mesurer toute l’affection et la considération sincères que le peuple malgache porte à la Famille Alaouite. J’ai renoué avec des souvenirs émouvants et pris la juste mesure des rapports humains cordiaux tissés à l’époque entre la population malgache et les membres de la Famille Royale, en dépit des conditions pénibles de l’exil et de la contrainte pesante d’être à mille lieues de la Mère Patrie », a tenu à préciser le Roi Mohamed VI.
En concluant son discours, le Souverain a eu une pensée émue et déférente pour tous les martyrs de la patrie avec en première ligne son vénéré grand-père, Sa Majesté le Roi Mohamed V et son auguste père, Sa Majesté le Roi Hassan II. Il a prié pour le repos de leurs âmes.
Chiaka Doumbia
Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *