Session ordinaire de l’APDP : Seize dossiers examinés !

Au cours de cette 1ère session ordinaire, les membres de l’Autorité de Protection des Données à Caractère Personnel (APDP), autour de leur président, Oumar Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, ont examiné 16 dossiers. C’était le 6 février 2017 au siège de l’autorité.

Cette 1ère session ordinaire marque désormais le démarrage des activités de l’APDP, une structure indépendante engagée dans la protection des données à caractère personnel dans notre pays. Ainsi, dans son discours d’ouverture, Oumar Ag Mohamed Ibrahim Haïdara a précisé que les participants auront à examiner 16 dossiers de demande d’autorisation et de déclaration adressés à l’Autorité par certaines structures, pour la plupart, bancaires qui sont de plus en plus animées du souci de conduire leurs activités conformément à la loi.

« C’est le lieu de dire en s’en félicitant, que les démarches entreprises par l’Autorité auprès des administrations du secteur public et celles du secteur privé, ont été comprises et ont reçu un écho favorable auprès d’elles », a-t-il ajouté. Selon le Président de l’APDP, d’autres dossiers parvenus dans le même temps, sont en cours d’examen et feront l’objet d’une session extraordinaire compte tenu de leur nombre, de leur importance et de leur urgence. « Vous aurez également à vous prononcer, au cours de cette session, sur une plainte portée par un particulier contre une société de la place. Au regard du volume des affaires soumises à votre examen, vous mesurez la délicatesse et la complexité des missions que la loi sur la protection des données personnelles nous a conférées. Elles exigent par conséquent de chacun de vous, un sens élevé du devoir et celui de la responsabilité», a-t-il déclaré.

Pour Oumar Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, l’Autorité est investie d’une mission d’assistance, de conseil et d’accompagnement de toutes les structures appelées à effectuer des traitements des données à caractère personnel. « Elle doit les inviter et elle l’a déjà fait, à déclarer leurs traitements. Et, une fois saisie, elle doit faire preuve de diligence, de patience et d’efficacité pour une suite appropriée à donner à chaque dossier », a-t-il conclu.

Ousmane Ballo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *