Syndrome de Pica : UNE FILLE DE 14 ANS INGÉRÉ 88 POINTES ET DECEDE

Admise au CHU-Gabriel Touré, les médecins ont découvert 88 pointes dans l’estomac d’une jeune fille de 14 ans. Elle avait été conduite à l’hôpital à cause des douleurs abdominales. Cette fille a été opérée par le service de chirurgie pédiatrique. Le chirurgien pédiatre Dr Oumar Coulibaly a expliqué qu’après l’admission de la patiente, elle a tout d’abord été soumise à un examen de radiographie.

C’est cet examen qui a montré la présence de corps étrangers au niveau de l’estomac et de l’intestin. « Suite à cette découverte, a précisé le toubib, nous avons mis la patiente sous observation. » Cela pendant 10 jours. Ce temps d’observation avait pour but de permettre à la patiente de se débarrasser des corps étrangers à travers les selles. C’est ainsi que 37 pointes sur les 88 sont sorties par l’anus.
L’équipe médicale a alors été obligée de procéder par une opération chirurgicale pour extraire le reste des pointes bloquées au niveau de l’estomac. L’opération qui s’est déroulée avec succès, a duré 2 heures.
Au passage de notre équipe de reportage, la patiente dormait à poings fermés sur son lit d’hôpital. Selon le médecin, les mains de la patiente sont bandées pour l’empêcher d’ingérer d’autres objets car elle peut refaire la même chose. La jeune fille est donc atteinte d’une maladie qui ne guérit pas. Il s’agit d’un syndrome qui n’a pas de traitement adéquat. C’est un problème mental qui est associé à la pathologie. C’est le syndrome de Pica. Le Pica fait partie des troubles du comportement alimentaire qui touchent principalement les femmes et les enfants. Il se caractérise par l’ingestion d’objets ou de substances non comestibles comme la craie, le charbon, le savon, le métal, le sable.
Ce trouble alimentaire est souvent associé à un trouble mental ou du comportement, comme l’autisme. Des complications peuvent survenir selon les substances ingérées. Il n’existe aucun traitement médical pour combattre le Pica qui disparaît généralement naturellement. Une psychothérapie est parfois recommandée.
Malheureusement, après quelques jours d’hospitalisation au centre hospitalo-universitaire (CHU) Gabriel Touré, la jeune patiente est décédée dans la nuit du mardi et au mercredi. De sources médicales, sa mère aurait refusé de payer les ordonnances prescrites, malgré les soutiens financiers apportés par des âmes généreuses.

Fatoumata NAPHO

Source:L’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *