Une police de proximité au Mali : Acteurs de la Décentralisation et Société civile balisent le terrain!

Du 22 au 23 août 2019, l’hôtel de l’Amitié a servi de cadre à un atelier pour  l’élaboration d’un concept et d’une stratégie nationale de police de proximité au Mali.

Les travaux de cette réunion de partage d’expériences et de réflexions entre les acteurs de la Décentralisation et la Société civile étaient coprésidés par le Secrétaire  général  du ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, Attaher Ag Iknane et  son homologue de la Sécurité et de la Protection civile, Azer Kamaté, en présence du représentant de l’Ambassade des USA, Jean Marc Pellard.

Conjointement organisé par l’Institut des Etats-Unis pour la Paix (USIP) et l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) et le Commissariat à la Réforme du Secteur de la Sécurité (CRSS), cet atelier  entre dans le cadre du programme « Dialogue pour la Justice et la Sécurité au Sahel et dans le Maghreb ». Lequel consiste en une série d’ateliers et de partage d’expériences visant concrètement à définir de manière inclusive la vision malienne de Police de Proximité et d’en élaborer la  Stratégie.

L’objectif poursuivi est de mettre en commun les initiatives de police de proximité ou de sécurité collaborative menées à la fois par les acteurs étatiques de la sécurité, les communautés locales, la société civile et les partenaires nationaux et internationaux,

le Secrétaire  général  du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, Azer Kamaté, a relevé que la thématique de l’amélioration des relations de confiance et de collaboration entre les forces de sécurité et les populations est un impératif majeur pour son département qui a déjà élaboré, à cet effet, un plan cadre pour la période 2018 – 2021.

Quant au Secrétaire  général  du ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, Attaher Ag Iknane, il dira que la sécurité est un enjeu majeur de la politique du gouvernement du Mali. Cependant, il est d’avis que « La sécurité au plus près des populations ne va pas sans la bonne collaboration des populations elles-mêmes avec les forces de sécurité ».

Gaoussou Madani Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *