Valoriser les prix de vente de la gomme arabique : Un fonds de 424 millions FCFA mis à la disposition des acteurs

Permettre aux acteurs de la filière gomme arabique, notamment les producteurs et les collecteurs de se doter de moyens financiers pour réaliser une bonne campagne de commercialisation de la ressource, tel est le but de la mise en place de ce fonds de 424 millions par l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré renforcé (UMOCI) pour servir de garantie à des prêts. La cérémonie de signature des conventions de prêts en faveur des acteurs de la filière gomme arabique a eu lieu le mardi 04 avril 2017 dans la salle de réunion du Ministère du Commerce sis à la Cité Administrative de Bamako. C’était sous la présidence du Secrétaire général dudit ministère, Adama Yoro Sidibé, en présence du Directeur national du Commerce et de la concurrence, Modibo Kéïta, du Coordonnateur national du cadre intégré renforcé, Mohamed Sidibé et des présidents des unions de producteurs et de collecteurs des localités concernées.

Cette initiative de l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré renforcé (UMOCI) est appréciée par les acteurs intervenant dans le secteur porteur de la gomme arabique. En ce sens qu’elle permet aux producteurs et aux collecteurs de discuter des prix de cession de leurs produits sans aucune contrainte.

Les bénéficiaires, à savoir les unions de producteurs et de collecteurs des cercles concernées (Kayes, Yélimané, Diéma, Nioro, Nara, Ségou, Niono, Macina, San, Mopti, Douentza, Ténékoun, Goundam) n’ont pas manqué de remercier le ministère du commerce à travers le cadre intégré renforcé, pour cette initiative salvatrice. Ils ont ensuite rassuré le département de la bonne utilisation des ressources mises à leur disposition et donné l’assurance d’être de bons payeurs pour la pérennisation de l’initiative.

Selon le représentant du ministre du commerce, cette action présente un caractère salvateur en raison des difficultés d’accès au financement unanimement reconnues.

« La mise en place d’un dépôt à terme d’un montant de 424 millions  FC FA  pour servir de fonds de garantie à des prêts d’autant de valeur en faveur des acteurs de la filière gomme arabique est une activité inscrite dans le programme de travail de l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré (UMOCI). Les prêts seront octroyés avec les meilleures conditions obtenues auprès de la Banque pour le Commerce du Mali (BCI MALI SA), à savoir un taux d’intérêt de 6% par an pour une durée de deux ans. Les prêts permettront aux acteurs de la filière gomme arabique, notamment les producteurs et les collecteurs de se doter des moyens financiers pour réaliser une bonne campagne de commercialisation de la ressource qui bat actuellement son plein », a expliqué le Secrétaire général du ministère du commerce.

La mise à disposition des ressources financières permettra non seulement aux producteurs d’éviter de « brader » la gomme arabique à des prix bas et de négocier librement les prix, mais aussi et surtout aux collecteurs/acheteurs de payer cash la gomme arabique aux producteurs. Toute chose, selon Adama Yoro Sidibé, qui devrait créer des transactions « gagnant-gagnant » entre les deux familles professionnelles bénéficiaires des prêts.

Enfin, il a tenu à lier aux bonnes conditions des prêts, l’obligation, voire l’utilité de rembourser conformément aux échéanciers. « L’obligation : parce qu’un prêt se rembourse sinon les moyens de recouvrement et de la Banque et de l’UMOCI seront déployés pour recouvrer les impayés, tel que stipulé dans la convention que vous allez signer. L’utilité : parce que le fonds de garantie permettra de mettre en place un système de « revolving » des prêts. C’est-à-dire que les prêts remboursés seront remis en place et feront l’objet de nouvelles opportunités pour  vous. C’est donc avec l’espoir que les prêts dont vous profiterez vous permettront de mieux tirer parti de vos activités respectives dans la filière gomme arabique au Mali, filière dont le développement contribuera, sans doute, au développement de nos territoires », a-t-il conclu.

 Daouda T. Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *