Vie des partis politiques : De nouvelles adhésions à la CDS

La Convention Sociale Démocrate (CDS- Mogotiguiya) de Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise enregistre de nouvelles adhésions. Pas des moindres !

Des militants de l’ADEMA-PASJ et du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) sous la bannière de Issa Diakité et de Mme Konaté Maïmouna Mariko viennent de poser leurs valises à la CDS- Mogotiguiya.  Selon une source locale, le départ de Mme Konaté Maïmouna Mariko est un véritable coup dur pour le MPR de Choguel Kokalla Maïga. Sans aucun doute, l’ancienne première adjointe au maire de la commune urbaine de Bougouni, conseillère municipale depuis plusieurs années, était le pilier qui maintenait le parti du Tigre en équilibre. Après plusieurs années de réflexion et surtout d’hésitation, Maï comme l’appellent les intimes, a pris la décision de militer désormais à la CDS Mogotiguiya de Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise. Elle a rédigé sa lettre de démission du MPR et a informé officiellement les responsables de la Section CDS de Bougouni de sa volonté d’adhérer au parti de Cheval.

Toujours selon notre source, sa lettre de démission est arrivée le 1er mars dernier au niveau de la section de Bougouni, au lendemain des funérailles d’un baron du parti des héritiers politiques du général Moussa Traoré. Disposant d’un puissant lobby au sein des mouvements féminins du cercle, Mme Konaté Maïnouma Mariko est décrite comme une femme forte qui sait manœuvrer. A travers le cercle, cette ingénieure-vétérinaire a su tisser un réseau de relations. Sans doute, elle arrive à la CDS Mogotiguiya avec de nombreux militants du MPR qui ne comptent pas être orphelins.

L’autre adhésion de taille est celle du Président du conseil de cercle de Bougouni, Issa Diakité, qui a quitté avec armes et bagages l’ADEMA-PASJ pour atterrir dans la famille de Blaise Sangaré.  Contacté par nos soins, le Président de la CDS- Mogotiguiya a confirmé les nouvelles arrivées. De sources crédibles, il nous revient que le dynamisme en cours actuellement à Bougouni est la ruée vers la CDS-Mogotiguiya. De nombreux responsables locaux ne conçoivent plus leur avenir politique en dehors de la Convention Sociale Démocrate.

Pour autant, la CDS n’est pas un parti sectariste. La preuve, lors des dernières élections communales, en plus de la région de Sikasso, le parti de Blaise Sangaré a obtenu des résultats fort encourageants dans les régions de Kayes, Koulikoro et Mopti. « Je ne suis pas un sectariste. Je suis un nationaliste », se défend le Président de la CDS  qui ajoute que ce nationalisme se traduit par l’existence d’un bastion électoral, une exigence dans toute démocratie ayant pour socle la légitimité. Qu’il pleuve ou qu’il vente, Mamadou Bakary Sangaré et la CDS-Motoguiya gagnent à Bougouni. Et cela en dépit d’un manque de moyens.

Parmi les leaders de la majorité présidentielle qui soutiennent les actions du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, le Président de la CDS est l’un des rares qui peut facilement mobiliser une masse importante d’électeurs grâce à son ancrage socio-politique. Ce qui lui donne une position plus que confortable dans la perspective des élections locales et régionales.

CD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *