Visite du ministre Ag Ibrahim aux raffineries Kankou Moussa et Narena Gold : Favoriser la transformation locale d’une bonne partie de l’or malien

Le Ministre du Développement Industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim, a effectué une visite de terrain aux raffineries Kankou Moussa et Naréna Gold. Objectif, favoriser la transformation locale d’une bonne partie de l’or malien afin que ce métal ait un label malien à l’international. C’était le jeudi 24 novembre 2016 en compagnie des membres de son Cabinet.visite-01
Selon le ministre, cette visite de terrain vise à voir avec les unités de raffinerie, comment travailler avec le gouvernement pour faire en sorte que l’or du Mali porte le label malien à l’international. Troisième producteur africain après l’Afrique du Sud et le Ghana, il est important qu’une bonne quantité de notre production soit transformée au Mali. Telle est la vision du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, qui a décidé qu’une bonne partie de nos productions, soit transformée chez nous.
A travers cette visite, le ministre et sa délégation ont constaté qu’il y a beaucoup de possibilités pour que l’or malien soit transformé au Mali afin qu’il soit reconnu au niveau international. Pour ce faire, a ajouté Mohamed Aly Ag Ibrahim, il va falloir que l’Etat participe au capital des raffineries en place pour faciliter les choses et que les multinationales adhèrent à cette politique pour apporter plus de valeur ajoutée.
Parlant du bon fonctionnement de ces raffineries, le ministre a affirmé qu’il entend échanger rapidement avec les responsables des deux unités de raffinerie pour voir comment réussir le challenge de l’or au Mali.
Au cours de cette visite, Mohamed Aly a échangé avec les cadres et le personnel des raffineries sur leur fonctionnement et les difficultés auxquelles ils sont confrontés, mais aussi leurs attentes du gouvernement. A la raffinerie Kankou Moussa située dans la zone aéroportuaire tout comme à Naréna Gold, sis à la cité de Niamakoro, le ministre s’est rendu compte du fonctionnement et de la qualité des travaux. Une manière de se rassurer du respect des normes de qualité et de la protection de l’environnement. Dans les deux raffineries, il a surtout été question de la certification à l’international qui n’est pour le moment possible que si l’Etat s’implique. Le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim a donné l’assurance qu’il mettra tout en œuvre afin de réussir ce challenger d’ici 2018.
Drissa Togola

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *